Cannes intensifie son marketing territorial

 |   |  483  mots
Cannes et Deauville ont décidé de faire cause commune et de créer une marque simplement intitulée Cannes&Deauville ensemble. Question de positionnement sur l'échiquier sinon mondial, du moins européen.

Des points communs, des enjeux partagés et un positionnement de destinations qui compte en matière de tourisme d'affaires comme de loisirs... Cannes et Deauville ont décidé de réfléchir de concert à la meilleure façon de conserver leur titre de ville attirante. D'où l'annonce faite suite à une conférence de presse, de créer des packages communs, centrés sur la découverte des deux cités et sur les thématiques du sport équestre et du golf. Des packages qui seront proposés à l'occasion de démarchages professionnels et lors des événements d'envergure. En résumé, cela signifie intensification du marketing territorial.

Question de visibilité

Le marketing territorial c'est le dada de David Lisnard. Le maire de la Cité des Festivals militait déjà pour retravailler l'image de Cannes alors qu'il était le premier adjoint de Bernard Brochand. C'est surtout la présidence de la Semec, la société d'économie mixte qui gère notamment le Palais des Festivals et des Congrès, poste qu'il va occuper durant 12 ans, qui le conforte dans la certitude que la ville - forcément concurrencée par d'autres destinations - doit fonctionner comme une marque. Avec ses valeurs et ses déclinaisons. Dans une interview accordée l'an dernier à Méridien Mag, il affirme d'ailleurs que "le maire est un manageur de territoire", qu'il ne faut pas se reposer "sur les lauriers du tourisme ou de l'immobilier, qui sont des vecteurs classiques de développement" et qu'il "faut donc développer d'autres atouts, parier sur la force de la marque Cannes, la mise en avant d'une qualité de vie qui devient de plus en plus un critère d'implantation d'entreprises". Car l'enjeu est bien là : continuer à séduire mais tout en ajoutant des cordes à l'arc des compétences.

La tête et les jambes

La création de la pépinière CréACannes qui n'est que le premier étage de la fusée nommée Bastide Rouge, est l'un des exemples puisqu'elle vise à apporter des conditions satisfaisantes à l'éclosion d'un écosystème s'appuyant sur l'un des secteurs identitaires de la ville, le cinéma. David Lisnard est aussi à l'origine de la création du Club des Entrepreneurs cannois en 2011. Histoire de montrer que Cannes n'est pas que belle mais aussi capable d'encourager l'entreprenariat. Car pour l'heure c'est pour ses atouts physiques que le touriste - de loisirs mais aussi d'affaires - se déplace. Et les destinations avec palmiers et mer bleue sont pléthores. Alors il faut mettre en avant ses autres avantages. D'où cette opération séduction menée avec la normande Deauville. Forcément l'impact de la campagne de communication menée - essentiellement digitale d'ailleurs - est plus forte à deux. Et c'est bien le but recherché. C'est ce qui s'appelle aussi vouloir imprimer sa marque...


Laurence BOTTERO
Crédit photo : Jérôme Kelagopian

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :