Ce que Jean-Pierre Savarino veut pour la CCI NCA

 |   |  472  mots
(Crédits : DR)
Services renforcés, accompagnement du chef d'entreprise et infrastructures à moderniser, sans oublier la touche de renforcement de l'attractivité, les desiderata du chef de file de l'UPE06 sont limpides. Pas de révolution, mais une transformation promet celui qui conduira la seule liste en présence. Une exception régionale.

Ça y est, c'est fait, concocté, déposé... Alors que le gong préfectoral a retenti ce vendredi 23 et que l'on en est sûr désormais, seule la liste UPE06 se présente au scrutin consulaire, Jean-Pierre Savarino, son chef de file en a donc dit un peu plus sur ce qu'il voulait pour son mandat à venir. Si "la CCI est un outil complexe", reconnaît le chef d'entreprise azuréen, n'empêche qu'elle va se dépoussiérer et être plus visible, pour les entreprises comme pour l'économie. Car "ses missions sont nombreuses mais enrichissantes". Ainsi donc, "nous n'allons pas faire la révolution mais de la transformation", promet Jean-Pierre Savarino. Ce qui passe - et c'est un peu le maître-mot - par de la proximité. Proximité renforcée auprès des chefs d'entreprise, proximité accrue avec des services mieux ciblés ce qui sera rendu possible par une foultitude d'actions à mettre en place.

Ecoute et proximité

On retiendra, "une nouvelle approche de l'urbanisme commercial, peser de tout notre poids sur les instances locales et régionales afin d'influer sur les grands dossiers qui impactent le développement économique, mener une stratégie active de séduction des entreprises étrangères, maintenir un programme ambitieux en faveur de la modernisation des ports..." Bref être plus visible peut-être même plus offensif. "On va trouver les moyens et on sait où aller les chercher. La CCI a encore des moyens des capacités de pouvoir faire, de façon collective". Car "notre territoire ne va pas se développer tout seul" et "tout ce qui arrive dans la CCI sera réinvesti dans le territoire". Sans oublier "le travail en collaboration avec les grands groupes".

Surtout Jean-Pierre Savarino compte bien imprimer sa patte. Et sa méthode qu'il applique déjà dans son entreprise. "J'aime bien écouter, discuter et ensuite décider" dit-il. Une méthode appliquée au sein de l'entreprise qu'il a fondé et qu'il dirige, Studiel. Une entreprise de 200 salariés, qui génère un chiffre d'affaires de 18 M€ et qui a des perspectives de croissance. Une méthode qui semble donc porter ses fruits.

56 % de taux de renouvellement

Côté liste, on retiendra un taux de renouvellement de l'ordre de 56 % avec la présence de seulement 5 dirigeants de grands groupes, le reste étant composé de dirigeants d'ETI ou de TPE/PME. Un équilibre que tient à souligner pour sa part, le président de l'UPE06, Philippe Renaudi. Et si les Alpes-Maritimes sont le seul département où une seule liste sera en présence, cela "ne change rien, nous allons mener notre campagne auprès des entreprises" annoncent de concert Jean-Pierre Savarino et Philippe Renaudi. Un duo de présidents (futur pour le premier, en place pour le second) qui fonctionne déjà bien...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :