La leçon de séduction de Christian Estrosi en Chine

 |   |  728  mots
Christian Estrosi et Arthur Hong, président de Vip.com, 3ème acteur e-commerce en Chine, entourés de la délégation mêlant élus et chefs d'entreprises.
Christian Estrosi et Arthur Hong, président de Vip.com, 3ème acteur e-commerce en Chine, entourés de la délégation mêlant élus et chefs d'entreprises. (Crédits : DR)
Pour convaincre les investisseurs de l'Empire du Milieu de venir en PACA, le président de la Région n'a pas fait les choses à moitié. Start-ups, PME, grands groupes, acteurs du tourisme… tous ont fait partie d'une mission pas impossible, montrer que de Marseille à Nice, de l'industrie au tourisme, il y a tout pour leur plaire.

C'est ce qui s'appelle sortir l'artillerie lourde, mais il faut dire que l'enjeu en vaut la chandelle. Avec 10 % des investissements réalisés en PACA d'origine chinoise (soit mieux que la moyenne des régions françaises à 4 %), 700 000 touristes, des liens déjà créés et des projets d'implantation, la Chine n'est pas n'importe quel partenaire. Et ça, c'est ce que Christian Estrosi n'a cessé de répéter aux différents interlocuteurs avec lesquels il a échangé trois jours durant. De Weidong Que, le président de Quechen au gouverneur de la province du Guangdong en passant par Arthur Hong, le patron de Vip.com, 3ème acteur national en e-commerce et même devant la presse chinoise, le président régional a bien insisté sur la nécessité de consolider les liens entre les deux pays. La Chine est le premier pays cible pour PACA. Et ce n'est pas tant pour le potentiel que représente le vaste marché chinois mais bien parce qu'entre Provence Alpes Côte d'Azur et le Dragon il y a des similitudes et donc forcément des synergies à renforcer ou inventer.

Smart attitude

En visitant le show-room de Huawei, le n°3 des télécoms mondiaux, Christian Estrosi avait l'impression d'être comme un enfant dans un magasin de jouets. Face aux technologies déployées par le groupe en matière de smart city et smart transport, on sent bien que celui qui veut faire de PACA une smart région, s'est dit qu'il était sur la bonne voie et que des solutions innovantes existaient et qu'elles pourraient, peut-être, se retrouver un jour sous le soleil azuréen et provençal. D'ailleurs Huaweï et son centre de R&D installé depuis 2014 à Sophia-Antipolis comprend 35 ingénieurs et équipe de ses technologies quelques 140 millions de terminaux mobiles.

Sensibilité

L'un des buts de la mission était aussi de rassurer. On sait très bien par exemple les Chinois frileux en matière de sécurité et les événements du 14 juillet ont "déstabilisé de manière importante" la destination a reconnu Christian Estrosi, assez franc sur le sujet, assurant notamment face aux tour-opérateurs, qu'un "plan-choc" doté de 250 M€ intégrant notamment de la reconnaissance faciale dans la vidéo-surveillance était engagé. Il a aussi exhorté les acteurs majeurs du secteur touristique à préciser "quels produits vous souhaiteriez. L'Etat français et la Région sont ensemble pour apporter la meilleure réponse au marché chinois".

Côté question visas professionnels difficiles à obtenir, là encore Christian Estrosi a promis de peser de tout son poids et pour cela, le faire main dans la main avec le préfet Stéphane Bouillon. "Conscients de l'enjeu, nous ferons en sorte de faciliter et accélérer les démarches administratives".

Coup de pouce

Si les visites des grandes entreprises nationales ont émaillé la mission, tant en terme d'image que de business, sur ce dernier point, les rencontres organisées entre les entreprises et des possibles partenaires chinois ont peut-être été moins visibles mais pas moins stratégiques. Les start-up ont ainsi participé à différents forums économiques, sur le climat des affaires, les perspectives de l'économie chinoise, mais ce sont surtout les ateliers et rencontres BtoB qui leur ont permis de tester un marché, nouer des liens voire de signer des accords de partenariats. De la cosmétique connectée comme Feeligreen aux calissons de Roy René, en passant par les lunettes connectées d'Ellcie Healthy ou les domaines viticoles tels Château de Chabert ou Château Barbebelle, toutes les entreprises présentes ont reconnu ne pas avoir fait le déplacement pour rien.

Il a aussi été question d'atouts bien français comme le CIR et le crédit impôt innovation, deux atouts à nul autre pareil pour celles qui veulent innover. On ne rappellera pas les quatre écosystèmes French Tech, les 300 laboratoires de recherche, les 10 pôles de compétitivité... et les Opérations d'intérêt régional toutes neuves, puisque annoncées début octobre dont l'ambition est de placer PACA en tête des territoires intelligents. Faire rêver, rassurer, promettre... tous les ingrédients de l'opération séduction étaient bel et bien présents. Une leçon dans les grandes largeurs pour une tribulation en Chine aussi ambitieuse que prometteuse. A mesurer rapidement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :