Aix-Marseille : l'idée qui fâche

 |   |  373  mots
(Crédits : reuters.com)
Réunir la Métropole Aix-Marseille Provence et Conseil départemental des Bouches-du-Rhône, c'est niet pour les deux présidents respectifs.

Il y a des amendements qui énervent et ceux prix par la commission des lois de l'Assemblée nationale mercredi 7 décembre ont très fortement agacé Jean-Claude Gaudin comme Martine Vassal.

Et si les présidents respectivement de la Métropole Aix-Marseille Provence et du conseil départemental des Bouches-du-Rhône sont passablement agacés c'est que cinq amendements ont été votés, proposant notamment la fusion des deux institutions. Une idée de fusion qui, à l'origine, concernait le Grand Paris. Mais une idée que soutient le co-rapporteur du projet de loi, le député marseillais Patrick Mennucci. Et les cinq amendements votés, pour le coup, concernent Aix-Marseille. Une idée qui n'est donc pas du tout du goût de Martine Vassal et Jean-Claude Gaudin, les deux élus plaidant pour un "besoin de stabilité législative". "On va démanteler ce qui marche ?", s'insurge la présidente du département.

Conséquences

Car la traduction dans les faits poserait la question quid des 29 communes qui ne font pas partie de la Métropole ? Et des deux communes qui ne sont pas dans le département ? Surtout que comme le rappelle Jean-Claude Gaudin, la loi NOTRe permet d'y aller par étape. Un phasage indispensable selon le maire de Marseille pour en arriver en 2020 avec des compétences renforcées de la Métropole. "Déjà au premier janvier prochain, le département nous transfère certaines de ses compétences". Et Jean-Claude Gaudin de rajouter qu'il conduit une "concertation permanente" avec les maire des 92 communes du périmètre de la métropole pour "réussir ensemble les transferts que la loi prévoit en janvier 2018".

De son côté Martine Vassal répète "qu'il nous faut de la stabilité et de la visibilité pour agir efficacement" et pour lancer chantiers et projets, notamment pour ce qui relève des transports et de stratégie économique. On dira que vu les circonstances de mise en place de la métropole en début d'année, une certaine stabilité est plutôt la bienvenue. Un courrier commun a été envoyé au gouvernement pour demander à ce que le projet de loi soit revu et corrigé. Le bras de fer est engagé...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :