En PACA, les salaires des développeurs sont encore à la peine

 |   |  737  mots
(Crédits : Reuters)
Les développeurs informatiques sont une denrée rare, en PACA comme à Paris. Donc courtisée… Toutefois, si dans la Capitale les entreprises n’hésitent pas à entrer en concurrence sur la question les salaires, la marge de manœuvre en la matière dans le Sud de la France est bien plus restreinte.

Ce n'est ni un mythe ni une légende urbaine, les salaires de la capitale s'envolent toujours quelque peu par rapport à ceux du sud de la France. Et ceux des développeurs informatiques ne font pas exception à la règle... C'est précisément ce qu'a démontré dans sa dernière étude comparative le cabinet de recrutement Easy Partner, basé à Aix-en-Provence, spécialisé justement dans le débusquage de talents informatiques. "A Paris, la pression est plus forte pour attirer les profils talentueux, toujours en pénurie. Il y a un certain nombre d'entreprises, peu de candidats et de fait, elles se battent non seulement sur la question des salaires, mais aussi en proposant des packages afin de rallier à elles les bons éléments", explique Julien Broue, co-fondateur du cabinet. De fait, on observe un écart de près de 20 % entre les salaires d'un développeur PHP Java Script en région parisienne (45 000 € à 50 000 € annuels) et en PACA (38 000 € à 40 000 € annuels). Et en termes de package, les candidats sont très attentifs à l'environnement technique et technologique de la société. "Ils sont demandeurs également d'un temps de veille dédié sur leur journée de travail afin de s'auto-former et d'évoluer techniquement. Vient ensuite le cadre, l'environnement, à savoir la perspective d'y trouver une belle qualité de vie au travail : salle de repos, salle de jeux ou organisation d'after works... Un métier dédié à cela émerge même depuis quelques temps : le happiness manager".

A quand les vacances illimitées ?

En Provence Alpes Côte d'Azur, la configuration n'est pourtant pas différente : il y a un peu moins d'entreprises qu'en région parisienne, certes, mais les développeurs y restent une denrée rare... donc à courtiser. Et malgré ce, les salaires ne s'alignent pas, donc, sur ceux de la capitale... "C'est sans doute un fait culturel. Et puis il est difficile pour les entreprises du sud de la France de proposer des rémunérations proches de celles de Paris, dans la mesure où cela engendrerait des déséquilibres en interne, et créeraient de trop grandes disparités avec les salaires des autres fonctions présentes dans l'entreprise. Nous discutons beaucoup de cette question avec nos clients en PACA, qui sont très conscients de cette problématique..." Ainsi n'ont-elles d'autres choix que de travailler à plus forte raison leur package, de prodiguer un cadre de travail attractif pour séduire le candidat... et surtout pour le garder. "Malgré tout, la France garde encore un temps de retard sur ce qu'elle peut proposer. Nous revenons de la Silicon Valley et du CES Las Vegas et les startups américaines font bien davantage pour retenir l'attention des candidats. Exemple : elles proposent des salles de café, des baristas servant les employés... ou encore des vacances illimitées dans leur package ! Un dispositif viable visiblement, car personne n'en abuse".

La mobilité, une spécialité à forte valeur ajoutée

Mais quid des profils les plus demandés ? "Tout ce qui gravite autour du Java Script reste très prisé, mais la maîtrise des langages IOS et Android constituent des métiers nouveaux. Idem pour ce qui est relatif à l'IoT... Ce qui montera en puissance dans les années à venir, également, c'est ce qui a trait à la réalité virtuelle et à la réalité augmentée. De façon générale, le smartphone devient l'élément central en termes d'usage. De fait, il y a une forte demande pour les développeurs mobiles, dont le salaire s'envole. On observe ainsi un écart de 10 % entre la rémunération d'un développeur classique, et d'un spécialiste de la mobilité. Un différentiel qui se retrouve tant en Provence qu'à Paris..." Denrées d'autant plus rares que les écoles d'ingénieurs, généralistes, ne forment pas spécifiquement à la mobilité. "Ce sont les développeurs eux-mêmes, en intégrant des startups positionnées sur des projets R&D innovants, des solutions axées mobilité ou IoT, mais aussi en s'auto-formant pendant les temps de veille négociés en amont, qui vont bâtir leur propre valeur ajoutée et prendre avec l'expérience de la valeur aux yeux des recruteurs". D'où l'importance pour les développeurs de bien négocier leur package au moment de l'embauche, dans la mesure où cela leur permettra plus tard de rebondir bien plus facilement... Ce qui s'appelle anticiper.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :