Quand le Carnaval de Nice s'exporte... les savoir-faire aussi

 |   |  352  mots
(Crédits : DR)
Si le Carnaval niçois franchit les frontières pour aller à Xiamen dès ce mois d'avril, c'est évidemment pour promouvoir l'image de la ville. Mais pas que… Parce que les talents qui donnent vie à l'une des manifestations les plus typiques suivent aussi le mouvement.

Voilà une étape de plus dans l'histoire d'amour qui lie Nissa la bella et la Chine : l'exportation du Carnaval à Xiamen en avril et mai n'est que la suite d'une longue série de rapprochements et échanges parmi lesquels il y a la venue du président chinois en 2010, celle de Tiens et ses 6 400 salariés en 2015 pour une convention qui est restée dans les annales (et le Guiness Book), l'arrivée d'investisseurs sino-américains dans l'actionnariat de l'OGC Nice l'an dernier. A ajouter au jumelage qui lie Nice et la "Petite Nice" chinoise depuis 2014, sorte de point d'orgue après 18 projets menés en commun en 5 ans.

Export et adaptation

Que la culture niçoise plaise à la culture chinoise n'est pas tant surprenant. Mais l'exportation des grosses têtes colorées sous les cieux asiatiques draine avec elle les savoir-faire locaux. Et ça, c'est une vitrine qui va bien en terme de visibilité de compétences. Car il n'y a pas que les grosses têtes, il y a aussi les chars du corso, les chars de batailles de fleurs et les troupes d'art de rue qui font le trajet jusqu'à Xiamen. Soit 80 % des éléments nissart qui partent à l'export quand 20 % seront fabriqués par des Niçois et des Chinois en Chine afin d'adapter les éléments à la culture chinoise.

Cible large

Le choix de la date - de fin mai à début avril - a évidemment été choisie parce que correspondant  à la golden week, semaine de congés nationale. Autant dire que le nombre de visiteurs de ce Carnaval délocalisé ne devrait en être que démultiplié.

Surtout que le carnaval est un type d'événement qui plaît à la population asiatique et qu'avec son titre de 2ème ville touristique, Xiamen offre sur les zones du Fujian et de Taïwan, une cible de 70 millions d'habitants. Pour rappel, le Carnaval de Nice avait généré une fréquentation de 400 000 spectateurs en 2016. L'édition 2017 a semble-t-il été positive même si la fréquentation globale a chuté de 8,6 % avec cependant la présence de nombreux touristes étrangers.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :