Le MIPIM, un événement glocal ?

 |   |  682  mots
Comme chaque année, l'Eco-Vallée choisit le MIPIM pour dévoiler ses projets.
Comme chaque année, l'Eco-Vallée choisit le MIPIM pour dévoiler ses projets. (Crédits : DR)
Le rendez-vous qui réunit à Cannes tout ce que le secteur immobilier compte de grands noms et de marques internationales est aussi une fabuleuse opportunité de vitrine ouverte sur le monde pour les territoires régionaux. Qui en profitent.

C'est plus que jamais LE rendez-vous. Très attendu par tous ceux qui veulent en connaître les détails du développement. Très préparé aussi en amont par les équipes concernées par les projets présentés : comme chaque année, c'est au MIPIM que l'Eco-Vallée se dévoile un peu plus. Et 2017 n'a pas dérogé à la règle puisque c'est toujours devant une foule compacte qu'a été présentée la maquette du projet Iconic, ces 19 000 m2 qui doivent aider à la reconquête du quartier de la gare Thiers, une partie de la ville qui veut se refaire une beauté urbanistique. Projet dessiné par l'architecte Daniel Libeskind, présent, tout comme le PDG de la Compagnie de Phalsbourg, Philippe Journo, promoteur du projet, entourant un Christian Estrosi évidemment heureux de faire encore une fois d'attirer foule sur le stand de la Métropole Nice Côte d'Azur. Car le MIPIM c'est ça : créer l'événement.

Montrer et démontrer

Et si c'est devenu un peu une ritournelle, c'est aussi ce qui fait sa force. Des salons consacrés au secteur, le Marché international des professionnels de l'immobilier est l'un des plus courus et des plus observés. D'ailleurs l'EPA Eco-Vallée ne multiplie pas les sorties du genre, se concentrant outre le MIPIM, sur le Simi.

Si toutes les capitales et métropoles répondent présentes et fleurissent le long des couloirs du Palais des Festivals, la manifestation ne profite pas uniquement aux grandes agglomérations venues des quatre coins du monde, mais aussi à celles du territoire.

A l'instar de la Métropole Nice Côte d'Azur, Aix-Marseille Provence en fait tout autant l'un des moments fort de sa stratégie de communication. A peine âgée d'un an, c'est une première pour la métropole qui arrive à Cannes, enfin en équipe avec toutes les parties prenantes (Euroméditerranée, agence de développement économique, Ville, Port et Chambre de commerce et d'industrie) et qui trouve ici tout ce qu'il faut de relais pour démontrer - preuves et maquettes à l'appui - que le territoire aixo-marseillais est en mutation. Elle a ainsi pu montrer sa nouvelle identité graphique et donner des éléments sur son agenda économique, lequel va rythmer les années à venir. En gros, dire ce qu'elle compte faire pour plaire aux investisseurs, depuis la mis sur le marché de 400 hectares de foncier économique d'ici 2021 jusqu'à l'implantation avec le monde académique d'une cité de l'innovation.

Exposition

Mais le MIPIM c'est aussi la vitrine idéale dont savant se servir des villes et technopôles pour mettre en avant leurs spécificités.

Pourtant pas très loin géographiquement parlant, la technopôle de Sophia-Antipolis  a elle aussi son stand. Et son moment "communication" qui va bien, pour démontrer "qu'elle n'est pas une vieille dame croulante, mais qu'elle a des raisons d'exposer sa vitalité", comme le dit Jean-Pierre Mascarelli, le président délégué du Symisa, le syndicat mixte de la technopole. Et de fait, la présentation des quatre nouveaux programmes immobiliers portés respectivement par Valimmo, Nexity, Artéa et Lazard Groupe pour un total de 29 000 m2 ont été plutôt favorablement accueillis lors d'une présentation commune. Très décrié, l'Open Sky, ce centre de 100 000 m2 avec hôtel (rien de moins que le Hilton), commerces et bureaux, fait fi des inquiétudes locales pour tenter de séduire l'international.

Et l'hôte du salon, Cannes elle-même, ne fait pas l'impasse. Car même si la Cité des Festivals a fait le plein de congressistes, ceux-ci ne dépassent généralement pas le périmètre de l'hypercentre. Or Cannes à des projets, dans les quartiers à l'ouest notamment où doit s'ériger le multiplexe cinématographique signé Rudy Ricciotti. Bien sûr, elle expose aussi les projets d'embellissement du Palais des Festivals. Une façon de dire qu'elle sait être à l'écoute des besoins des congrès qui forgent sa réputation. Le MIPIM, une sorte de démonstrateur de technologies.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :