Les CCEF, valeur ajoutée de l'export

 |   |  559  mots
(Crédits : DR)
Discrets, ils gagnent pourtant à être connus de toute entreprise ayant des visées à l'international. Qui sont les conseillers du commerce extérieur de la France, ces entrepreneurs capables de murmurer à l'oreille d'autres entrepreneurs comment bien exporter ?

"Tous ensemble à l'international". Ce qui ressemble à un cri du cœur - ou de ralliement - c'est presque un mantra. Celui des conseillers du commerce extérieur de la France. A Nice, c'est surtout le nom de la manifestation organisée depuis trois ans par le comité régional Nice Côte d'Azur qui a donc compris que si la valeur n'attend peut-être pas le nombre des années elle n'est pas davantage bien utilisée tapie dans l'ombre. C'est donc pour expliquer, évangéliser, se faire connaître que la manifestation est née, reconduite depuis, désormais marque nationale, parce que finalement elle a surtout montré qu'en matière de passage par la case international, les entreprises sont toutes aussi perdues que volontaires en la matière. Et donc demandeuses de conseils justes et avisés.

Somme de connaissances

L'appui aux entreprises, ça fait justement partie des missions de ces conseillers très spéciaux, tout comme la formation des jeunes et l'attractivité du territoire. Trois missions complémentaires mais pas moins stratégiques. "Notre rôle est d'apporter le bon conseil", explique Alain Meysonnier, président du comité régional Provence Alpes Côte d'Azur Corse depuis le 24 mars dernier. "Nous indiquons quelles personnalités il est essentiel de contacter à comment démarrer un processus de création filiale dans les règles de l'art du pays". Car le conseiller du commerce extérieur est aussi un entrepreneur. Il est donc déjà passé par toutes les étapes, a essuyé bien des plâtres... "Nous sommes là pour permettre aux entreprises qui veulent exporter d'éviter les erreurs fatales, celles souvent liées à des spécificités culturelles", rajoute Alain Meysonnier. "Nous pouvons être là, en appui léger, ou de façon plus conséquente". "Notre valeur ajoutée réside dans notre connaissance terrain et notre connaissance de l'entreprise, cette dernière étant une connaissance qu'ont rarement les autres structures", précise Xavier Gesnouin, vice-président du comité régional et président du comité Nice Côte d'Azur. "Nous disposons des informations techniques et culturelles pour bien s'implanter. Nous avons la connaissance pays et métier".

Côté attractivité du territoire, c'est main dans la main que le travail se fait avec les agences de développement économique que sont Provence Promotion pour les Bouches-du-Rhône et Team Côte d'Azur pour les Alpes-Maritimes.

En progrès

Dans un territoire où le manque de vitalité à l'export des entreprises est souligné, notamment par le Baromètre qu'émet régulièrement l'Ordre des experts-comptables Marseille PACA, ça va mieux ou c'est stable ?

"Il y a une reprise d'intérêt pour l'international" note Alain Meysonnier. Et si dynamique à l'export il n'y a pas c'est aussi parce que l'entreprise se trouve "face à une nasse de structures dédiés. Le frein à l'export est administratif" précise Xavier Gesnouin. Et puis "dans la balance commerciale, les services ne sont pas pris en compte".

La crise économique a indéniablement poussé les entreprises à regarder hors des frontières hexagonales. Mais Xavier Gesnouin insiste, une stratégie export nécessite "d'être bien construite et efficace".

Pourtant le champ des possibles est ouvert. "Le grand atout français, c'est la transmission du savoir. Transmettons notre savoir, aidons les pays en voie de développement avec nos savoir-faire".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :