Comment thecamp s'est ouvert au monde

 |   |  550  mots
(Crédits : DeronneProd pour thecamp)
Le concept novateur imaginé par Frédéric Chevalier et posé à Aix-en-Provence attise la curiosité internationale et séduit les startups autant que les grandes écoles outre-Atlantique.

« Un écosystème d'intelligence collective dédié à l'expérimentation dans un lieu de vie inspirationnel, c'est inédit », explique André Zollinger, chargé des relations internationales de thecamp. D'ailleurs, ce Brésilo-Américain diplômé de Stanford estime que « ça arrive à un moment dans le monde, de São Paulo à Berlin, où les grandes entreprises, les villes, les gouvernements et les startups cherchent des endroits non seulement pour se rencontrer, mais pour travailler ensemble de façon concrète et créative ».

Ce principe d'ouverture transectorielle et d'expérimentation en Europe attise la curiosité internationale. Au point que la Singularity University, le MIT et Stanford se sont déjà tous rapprochés de thecamp afin de créer un pont entre leurs communautés d'étudiants, d'experts et d'alumnis outre-Atlantique. Le CUSP, centre de recherche smart cities de la NYU, « a été attiré par la facilité que l'on trouve à thecamp pour lancer des projets de collaborations publiques-privées ». C'était également la réaction de plusieurs patrons de l'innovation de grands groupes et de startups de tous les secteurs stratégiques rencontrés par André Zollinger en mars au SXSW, festival mondial de la technologie et de la culture, à Austin (Texas) :

« Nous avons eu des réactions très positives ! La perspective de venir dans le sud de la France pour travailler de façon créative et innovante a convaincu des startups et think tanks un peu partout en Amérique, mais aussi des post-docs de la Harvard Kennedy School ou encore de l'université de Yale ». En mai, l'Urban Lab de thecamp prendra la parole à la première conférence Smart Cities de New York, dans un panel réunissant le directeur d'innovation de la Banque mondiale et d'autres labs phares spécialisés dans l'innovation urbaine.

Une base arrière ouverte sur le continent africain

De fait, l'installation de thecamp à la lisière de la Métropole Aix-Marseille-Provence et de la nature provençale est un vecteur d'attraction pour les acteurs internationaux en quête d'un lieu pour prendre du recul afin de penser - et agir - autrement. Qui plus est, sur un plan géostratégique, la proximité avec le continent africain fait de thecamp une base arrière ouverte sur le bassin méditerranéen et l'Afrique, prochaine étape dans la construction de l'écosystème d'innovation de thecamp.

Enfin, le positionnement, qui, depuis l'origine, a été de se constituer en un lieu où l'on partage des expériences dans un esprit de pollinisation croisée, ne laisse pas indifférentes les startups, qui innovent au quotidien. Le Spark Life Contest, lancé fin mars à Paris et dont le kick off européen passe par Amsterdam, Londres, Berlin, Barcelone, Lisbonne, pour finir par Marseille en mai, a choisi comme premiers sujets le bien-être, les espaces et l'environnement ainsi que les interactions sociales. Pour les jeunes pousses européennes ayant déjà développé un prototype et une première référence client, c'est là une opportunité de travailler en partenariat avec de grands groupes partenaires dans le cadre de contrats de proof of concept d'un montant de 20 000euros. Pour les cinq lauréats du challenge, c'est également un accès privilégié au campus et à son programme d'accélération, ainsi qu'à un mentoring personnalisé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :