Eric Pinatel : "Le rôle d'aménageur c'est de créer de la plus-value"

 |   |  446  mots
(Crédits : Décideurs en région)
Créer les conditions qui permettent la vraie mixité sociale et l'équilibre d'un quartier à long terme, c'est la philosophie que défend le président du directoire de Logirem à Marseille.

C'est l'une de ses casquettes les moins connues et pourtant c'est bien celle qui revêt le plus de dimension stratégique. Bailleur social, Logirem, qui appartient au groupe Habitat (Caisse d'Epargne) envisage l'aménagement comme la façon de concrétiser "notre premier axe stratégique qui est la cohésion. Et ce n'est pas que de la construction simple , c'est de la construction de ville. C'est créer de la plus-value pour un quartier, pour ses habitants et pour ceux qui vivent autour", explique Eric Pinatel. Le Carré Saint-Lazare, inauguré ce 19 mai à Marseille en est un exemple concret mais il ne doit pas être le seul.

Pas que de l'immobilier

Surtout à l'heure où la mixité sociale semble être acquise, Eric Pinatel précise que ce qui est "le plus important c'est de créer des opérations là où les citoyens ont envie de vivre". Une opération immobilière doit être largement plus que cela et pour qu'elle soit acceptée, réussie et vive bien dans le temps, ne peut pas ne pas être accompagnée de services qui vont dans ce sens. Ou comment comprendre enfin que de construire des bâtiments décorrélés de toute énergie urbaine c'est condamner l'opération à l'échec.

"Être aménageur, c'est la possibilité de piloter les projets d'aménagement et de créer les conditions de sa réussite". Là encore, Eric Pinatel de s'appuyer sur l'exemple tout frais du Carré Saint-Lazare, "une opération assez compacte composée d'un habitat ancien qu'il fallait prendre en compte pour donner une cohérence à l'ensemble". Faire en sorte tout simplement que les habitants déjà installés sur site accueillent ceux qui vont s'y poser. A la mixité de logements doit s'adjoindre la mixité des habitants. Et aux 470 logements, des services qui servent tous comme la résidence senior, sa crèche, sa grande surface alimentaire... Sans oublier la dimension culturelle et artistique, qui est indubitablement pour le président du directoire de  Logirem, "un élément supplémentaire de la cohésion sociale". Car "une œuvre artistique est aussi un signe de bienvenue". Présent au Carré Saint-Lazare via une œuvre de l'artiste Etienne Rey.

Visionnaire ?

Inclure toutes les caractéristiques pour que l'opération immobilière soit un succès est néanmoins un exercice qui évolue vite. "La difficulté est de répondre à des problématiques non encore formulées", souligne Eric Pinatel. "Notre rôle doit être celui-là. Essayons de produire des projets qui ont du sens". Revendiquant la place de premier acteur de la rénovation urbaine en Provence Alpes Côte d'Azur, Logirem produit 400 à 600 logements neufs par an.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :