Qui est Emmanuel Tric, le nouveau président de l'Université Nice Sophia-Antipolis ?

 |   |  329  mots
(Crédits : DR)
Professeur de géophysique, il s'installe désormais officiellement dans l'ancien fauteuil de Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'innovation. Et prend la suite des dossiers.

Sans surprise, Emmanuel Tric est le nouveau président de l'Université Nice Sophia-Antipolis. Le successeur de Frédérique Vidal, partie sous d'autres cieux ministériels, assurait déjà l'intérim depuis le mois de mai. Il était également le seul candidat déclaré à la succession de celle qui est désormais locataire de la rue Descartes à Paris. Il a été élu ce mercredi pour la durée du mandat des membres du conseil d'administration restant à courir.

Géophysicien

Et pour prendre la place de la biochimiste, c'est un professeur en géophysique qui a été choisi. Pas un local de l'étape néanmoins puisqu'avant de s'impliquer au sein de l'Université Nice Sophia-Antipolis, Emmanuel Tric est passé par Paris XI où il a été enseignant-chercheur pendant dix ans. Installé sur le sol azuréen depuis 1999, il a notamment été directeur durant 6 ans du département Terre-Environnement-Espace et du laboratoire Géoazur, basé à Sophia-Antipolis depuis 2012.

Unité mixte de recherche, Géoazur mène des actions de R&D en géosciences par des approches couplées Terre-océan-espace. Ce qui prend en compte les aléas sismiques, gravitaire et tsunamigénique. La région Côte d'Azur est en effet fréquemment soumise à des séismes de plus ou moins grande magnitude.

Quels axes de travail ?

Bien évidemment, Emmanuel Tric va poursuivre les grands axes de développement choisis par Frédérique Vidal. Mais le plus important, le plus visible c'est bien sûr le déploiement de l'Idex UCA Jedi qui est structurant pour le territoire et les entreprises qui se sont engagées à soutenir les filières du numérique, de l'espace, de l'environnement, du risque ou du territoire intelligent. Pour rappel il est doté d'un capital de placement de 580 M€. Tout aussi stratégiquement utile pour dresser la prochaine feuille de route des 5 années à venir, la signature du contrat quinquennal entre l'Université et le Ministère est la prochaine étape à être scrutée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :