Comment la CDC investit (dans) la ville

 |   |  792  mots
(Crédits : DR)
Parce que c'est là où se développe l'économie de proximité, où grandit la smart city et parce qu'il n'y a pas que les métropoles, la Caisse des Dépôts s'intéresse de près aux sujets des territoires, métropolitains ou ruraux, comme l'explique le directeur régional PACA, Richard Curnier.

Les collectivités, c'est l'une des "cibles" du groupe Caisse des dépôts. Il faut dire que la ville, de manière globale, se pense différemment avec ce qu'il faut de couche d'intelligence si possible - ce qui la rend smart - et en essayant de (re)devenir un socle pour le développement économique.

Pourquoi TIGA

C'est d'ailleurs exactement ce que vise TIGA, nom de code pour Territoires Innovants de grande ambition, soit un appel à manifestation d'intérêt - clos en septembre prochain - qui doit permettre d'identifier et sélectionner des projets estimés "originaux" et mêlant un niveau d'innovation élevé avec un écosystème territorial. En clair, il s'agit de sélectionner des projets qui sauront intégrer tout à la fois la compétitivité économique, les préoccupations environnementales et les usagers. Preuve que la ville - quelle qu'elle soit - ne doit plus se penser en silo. A la clé tout de même, une enveloppe de 450 M€ sur 10 ans, dont 150 M€ de subventions et 300 M€ de fonds propres, qui sera allouée à la douzaine de projets retenus en 2018.

Smart réflexion

"Cet AMI ne concerne pas que les métropoles, tous les territoires candidatent", souligne Richard Curnier. Car si on regarde forcément plus facilement les grands ensembles, la CDC elle, observe aussi ce qui se passe dans des territoires plus ruraux. C'est comme cela que la Caisse des Dépôts s'intéresse notamment au sujet des lits froids et aux opérations de réhabilitation immobilière de loisirs. Une foncière devrait être constituée pour répondre aux enjeux particuliers des lits chauds et des  lits froids. "Nous travaillons sur les montages innovants afin de remettre en question les lits froids. Et les lits chauds, car ils ont du mal à se faire financer", explique le directeur régional.

L'hôtellerie, plus généralement, est aussi un sujet d'intérêt, Richard Curnier estimant qu'il "existe des zones en Provence Alpes Côte d'Azur où il existe des manques". A combler donc via une foncière permettant une offre qualitative. C'est ça aussi la smart montagne.

A bon port

La mer et ses ports aussi "sont importants pour la Caisse des Dépôts car aujourd'hui le port est intégré à la ville et contribue à son développement", explique Richard Curnier. Après l'union via le consortium Artemis avec la Caisse d'Epargne Côte d'Azur et la CCI Nice Côte d'Azur visant la réhabilitation des ports Vauban et Gallice à Antibes, c'est pour celui de Beaulieu-sur-mer qu'Artémis a fait connaître son intérêt. La preuve d'une constance dans le positionnement.

Essais concluants

Le centre-ville, enjeu bien identifié, compte dans la notion d'attractivité. Notamment les centres anciens qui ont été délaissés ou ont subi les outrages du temps. Et Richard Curnier de souligner l'inégalité dont souffrent certaines villes par rapport aux métropoles. "Nous travaillons actuellement sur un démonstrateur qui s'installera à Miramas. Les études pré-opérationnelles sont en cours". L'idée est de définir des solutions très concrètes sur les problématiques d'habitat, d'équipement, de sécurité publique, la CDC apportant dans la corbeille de la mariée ses outils de financement et sa capacité à accompagner les investisseurs. Un cercle vertueux en quelque sorte.

C'est dans cet esprit qu'avec Initiative France a été lancé en commun l'opération "Ma boutique à l'essai", une façon de tester sur un temps court - six mois - un projet de boutique en centre-ville, dans un local vacant, le tout assorti d'un loyer modéré et d'un accompagnement avant/après création. Une autre façon - si l'essai en concluant - de redynamiser le cœur des villes.

Effet starter

Et puis évidemment, il y a les jeunes entreprises, celles sur qui on peut compter pour inventer les solutions disruptives capables d'adresser les changements et les besoins nouveaux qui s'expriment. Totem Mobi sur les questions de mobilité, Terradonna pour le recyclage intelligent, Proviridis et ses solutions de transport décarbonnées ont, par exemple, toutes bénéficié de l'encouragement financier de la CDC. De même que PFactory, l'accélérateur de startups présent à Marseille et Nice, pour 2 M€. Il y aussi la Fabrique à entreprendre, "un lieu où on retrouve tous les réseaux d'aide à la création d'entreprise" et qui "labellise" en quelque sorte la Carburateur, la pépinière installée à Marseille. Une deuxième Fabrique devrait voir le jour sur le territoire régional, le lieu de son implantation restant à définir. "Investir dans les startups c'est investir dans un modèle de rupture. C'est aussi travailler sur la smart city", dit Richard Curnier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :