A quoi va servir La Coque ?

 |   |  427  mots
(Crédits : DR)
Le bâtiment tant attendu et posé en plein cœur de Marseille a enfin son gestionnaire et sera opérationnel dès septembre. Ni bâtiment totem, ni pépinière, il veut cependant être une vitrine de l'innovation. Un outil supplémentaire ou complémentaire ?

C'est ce qui s'appelle des intérêts convergents. Et c'est exactement ce qui a permis à La Coque de voir le jour. Portée sur les fonts baptismaux par Medinsoft - qui coordonne le label Aix-Marseille French Tech -, le Centre national RFID - installé à Rousset - et Euroméditerranée, le bâtiment qui s'installe pile en cœur de ville, entre les Docks et Euromed Center, est la preuve d'un consensus "intelligent". Pour AMFT, elle représente un lieu qui permet de centraliser et accueillir les adhérents. Pour le CNRFID, c'est la possibilité d'un espace plus vaste pour la version 2 de ConnectWave, la plateforme d'expérimentation centrée IoT et sans contact. Et pour l'EPA que dirige Hugues Parant, c'est une façon de faire vivre ses quartiers puisque c'est sur son périmètre que le bâtiment s'installe, occupant 430 m2.

Vitrine animée

Trois bonnes raisons de faire de La Coque le dernier lieu où on parle innovation. Le projet était depuis deux ans déjà dans les cartons. Mais il fallait choisir un gestionnaire. C'est VF Events, structure co-dirigée par Fabien Sarrazin, ancien directeur régional de Bouygues Telecom et Vincent Richet, qui a longtemps été vice-président du Groupement des Entreprises du Pays d'Aix, qui est désormais à la manœuvre. Avec comme objectif, de "développer d'autres contenus connexes pour évangéliser le numérique au sens large du terme" annonce Vincent Richet tout en ne s'en tenant pas uniquement à la "mise en place d'outils digitaux mais en intégrant également de la formation et de l'information". Evidemment elle hébergera l'équipe d'animation d'Aix-Marseille French Tech.

Ne l'appelez pas totem

Cependant, attention, La Coque ce n'est pas le bâtiment totem. Il n'y aura par exemple pas d'hébergements de startups. Mais bien la possibilité pour les jeunes pousses de l'innovation d'organiser des rendez-vous BtoB. L'un de ses objectifs c'est assez logiquement de montrer et démontrer ce qui se fait de mieux en numérique. Bref sorte d'hybride, La Coque semble plutôt être dans la complémentarité que la sur-couche. Reste à voir par exemple quel avenir sera donné au J1, posé pas très loin, géographiquement parlant.

Opérationnelle dès septembre, la Coque est actuellement en phase de travaux pour un total de 2 M€ d'investissement. L'EPA Euroméditerranée a mis la main à la poche, aidé par une participation de l'Etat via un financement PIA d'un montant de 190 000 euros et un financement Plan Transition Numérique dans le bâtiment qui atteint 50 000 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/08/2017 à 7:48 :
cet article est confus ..
a écrit le 29/08/2017 à 9:40 :
2 millions d'euros pour une "structure" dont après lecture de l'article, il est impossible de déterminer l’utilité tant les propos sont fumeux... Cette science qu'ont les français pour créer des structures prédatrices d'argent publique. Les nouvelles technologie et les aides à la création d'entreprise sont plus rentables aujourd'hui que le BTP et la gestion des déchets. Les accapareurs ont changé de cible mais restent les mêmes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :