Les ambitions d'Olivier Sassi pour l'Eco-Vallée

 |   |  618  mots
(Crédits : EPA Eco-Vallée Plaine du Var)
C'est lui désormais qui pilote l'établissement public d'aménagement posé à Nice. Fraîchement nommé directeur général, le successeur de Pascal Gauthier à ce poste était aussi son adjoint. Un changement dans la continuité qui doit permettre d'atteindre l'objectif : sortir des projets.

C'était le souhait de Pascal Gauthier et sans doute aussi celui des acteurs économiques qui travaillent dans l'environnement proche ou lointain de l'Eco-Vallée : Olivier Sassi est le nouveau directeur général de l'Opération d'Intérêt National qui est en train de bouleverser le paysage de la Métropole Nice Côte d'Azur.

Une nomination qui prend effet ce 1er septembre et qui a été faite par arrêté signé de la main du ministre de la Cohésion des Territoires. Une nomination sans grande surprise peut-être mais qui semble logique vu le parcours de cet X-Ponts au sein de l'EPA : d'abord directeur du développement et des projets durant 4 ans, puis directeur général adjoint depuis 2014. Au moment où les chantiers se multiplient et les projets aussi, cette volonté affichée de "continuité" est une façon de dire que tout va bien et que les investisseurs peuvent venir investir sans craindre de bouleversements majeurs.

En avant !

S'il avoue que cette nomination peut valoir "reconnaissance", le nouveau DG avoue surtout que sa "priorité est de sortir des projets. Mais pas des projets pour des projets. Cela doit être des projets de qualité. Autant d'un point de vue architectural, des espaces publics, du contenu, des programmes..." Et de répéter que l'ambition est de donner naissance à des "lieux de vie". Parce que "nous devons toujours garder en mémoire qu'il n'y a pas que la qualité de l'aménagement mais aussi celle des commerces, services qui vont avec". Et que "nous sommes aussi là pour produire du logement à prix abordables".

C'est que Nice Eco-Vallée - le nouveau nom commercial adopté pour ceux qui plaçaient géographiquement parlant l'OIN dans le département voisin pour cause de confusion avec le fleuve du même nom qui coule à Nice et pas près de Saint-Tropez - est en train de redessiner les contours de la Métropole niçoise. "Nous avons l'un des plus beaux projets d'Europe" a encore rappelé Pascal Gauthier avant son départ pour ses nouvelles fonctions à l'Ambassade de France à Berlin. Pourtant, il l'a rappelé aussi "dans le monde des aménageurs, l'EPA était un peu perçue comme l'Arlésienne". Mais ça, c'était avant. Désormais, "l'intérêt du monde de l'architecture" et de celle des promoteurs semblent acquis, s'enthousiasme Olivier Sassi.

La question de la méthode

Et pour poursuivre en si bon chemin, il y a la méthode. Fondée sur "l'écoute, le partenariat avec les collectivités locales, le respect de l'engagement et de la parole donnée". Une façon indispensable de satisfaire le citoyen qui investit dans les logements par exemple et les promoteurs aussi dit-il. 2017 et 2018 sont des années charnières au vu des projets qui prennent forme comme ceux de Nice Méridia où Jean Nouvel laissera sa marque. Il y a également les projets de Palazzo Meridia et sa structure bois imaginée par Nexity, le futur écrin de l'Institut méditerranée du risque et du développement durable (IMREDD) très attendu aussi tandis que le quartier d'affaires international Grand Arénas va voir l'immeuble de bureaux Connexio et le bâtiment de bureaux et commerces Unity passer par la phase réalisation. Et puis il y aura la ligne 3 du tramway d'ici 2020. "On ne doit pas s'endormir sur nos lauriers" disait encore Pascal Gauthier il y a quelques jours. Olivier Sassi est conscient du challenge qui l'attend. Le SIMI qui se tient à Paris en décembre et qui fait partie, avec le Mipim de Cannes, des deux salons où l'Eco-Vallée s'expose, sera sans doute l'occasion de prendre la température.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :