Que contient le programme d'innovation de l'Idex UCA Jedi ?

 |   |  519  mots
(Crédits : DR)
De la biotechnologie et du numérique, mais aussi des sciences sociales et du e-travel…. Exactement dans les thématiques qui font le territoire de Nice à Sophia-Antipolis. Mais c'est surtout la forte implication des entreprises qui ajoute de l'intérêt au sujet.

Il y a presque un an, l'Université Côte d'Azur (UCA) lançait un appel à projets afin de construire son programme d'innovation dans le cadre du label Idex. Un appel apparemment très entendu puisque ce sont 48 dossiers qui ont été déposés. Une preuve de la dynamique du territoire - s'il en fallait une.

Dix mois plus tard, 16 d'entre eux ont été sélectionnés. Une mission pas si évidente pour le jury composé d'experts UCA, de BpiFrance, de la SATT Sud-est, des pôles de compétitivité SCS et Eurobiomed, de l'UPE06 ou encore du Canceropôle PACA.

Gérer satisfaction et frustration

"L'idée était d'avoir des projets entre un laboratoire et une entreprise sur une technologie de transfert, de partenariats R&D portés conjointement, incluant un partenaire industriel, et de pré-maturation", détaille Gérard Giraudon, le directeur du programme Innovation. Au final ce sont 5 projets en pré-maturation et 11 en R&D qui ont été choisis. Et "1,3 M€ mis sur la table. Les entreprises apportant 800 000 euros". Avec un effet de levier de 8 M€. Soit au total 10 M€ qui vont permettre aux projets de devenir réalité.

"Nous n'avions pas émis de critères", ajoute Gérard Giraudon qui redit à quel point le jury a été satisfait de la qualité des projets présentés et la frustration de ne pas avoir pu en financer l'intégralité. "Certains projets de recherche étaient de haut niveau, mais exigeaient un ROI plus long". De fait, il n'y aura pas d'appel à projets en 2018, Gérard Giraudon pariant aussi sur la capacité des bons projets non financés à se faire accompagner et à "monter en puissance".

L'apport des entreprises

L'autre bonne nouvelle de cet appel - outre le fait qu'il valide les thématiques qui identifient le territoire avec de la biotechnologie, du numérique (qui recouvre le plus de dossiers financés) et des sciences humaines - réside dans la forte implication des entreprises. C'était déjà un élément qui avait permis à l'Université Côte d'Azur de se distinguer lors de l'obtention du label. Lors de l'appel à projets, grandes entreprises (une dizaine), PME et startups ont renouvelés leur intérêt à participer à des projets de recherche, soit 40 en tout. Kinaxia (gestion des risques environnementaux), Axonic, Genochem (chimie médicinale), Therapixel (logiciel pour le médical), Silex ... en font partie. Des accords cadres ont été également conclu avec Crossknowledge (digital learning) et Sophia Conseil (ingénierie). Et avec Amadeus, il est bien sûr question de développer la filière business autour de l'e-travel, comme le partenariat signé entre UCA et le spécialiste du voyage l'a engagé en juillet dernier, via trois projets précis.

Le tout va dessiner les tendances de l'innovation de demain, celles du territoire et des entreprises avec lui. Et du futur. Car c'est à cela que doit mener l'Idex. Et l'accord entre le monde de l'entreprise et celui de la recherche est une pierre indispensable à l'édifice pour forger des projets cohérents avec les besoins terrains. C'est sans doute la force de l'UCA Jedi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :