Le BTP, le numérique et la théorie du "pivot"

 |   |  474  mots
(Crédits : DR)
C'est par le biais de la nécessaire adaptation que la Fédération des Alpes-Maritimes aborde les mutations qui redessinent les contours des métiers de l'acte de bâtir en leur consacrant une "Journée de la Construction". Le but est bien d'éveiller les mentalités dans un secteur où les termes BIM et les smarts grids intègrent pleinement le vocabulaire, synonymes de nouveaux marchés, comme l'assure le président départemental, Philippe Gautier.

La Tribune - En 2016, la Fédération du BTP 06 que vous présidez a créé une Journée de la Construction, reconduite cette année. Quel est l'objectif de cette Journée particulière ?

Philippe Gautier - Les artisans et les entrepreneurs étaient en demande d'une journée professionnelle dédiée au BTP. Nombre d'entre eux souhaitaient que la Fédération organise une manifestation locale consacrée à notre secteur d'activité afin de faciliter les échanges, les rencontres, la réflexion sur l'avenir de nos métiers dans un esprit de convivialité. C'est tout l'esprit de cette journée.

Le sujet est la "tradition connectée", comment le monde du BTP appréhende-t-il l'arrivée du numérique et ses conséquences ?

La nouveauté peut générer de la peur, de l'appréhension, voire du rejet. Le premier rôle d'une fédération professionnelle telle que la nôtre est d'informer nos adhérents sur les perspectives qui se dessinent à court et moyen terme pour nos entreprises. Mais au-delà, nous avons également la responsabilité de proposer des outils afin que toutes les entreprises, PME et artisans compris, appréhendent dans les meilleures conditions ce nouvel environnement. Pour cela, formation et accompagnement constituent nos axes prioritaires afin que ce qui peut être ressenti comme une contrainte se transforme en opportunité pour nos adhérents. Les formations que nous proposons dans le domaine du BIM (Building Information Modeling) ou les travaux que nous menons dans le domaine du photovoltaïque ou des smart grids répondent à ce défi.

Certains groupes et même les PME se tournent vers les startups pour innover. Quel regard la Fédération a-t-elle vers ces nouveaux entrants qui ne sont pas toujours issus du "sérail" ?

Notre profession vit actuellement une profonde mutation, les secteurs de l'industrie et de la construction commencent à se rapprocher. Il faut néanmoins reconnaître que cela reste limité à certains domaines bien spécifiques tels que les automatismes, la domotique, les réseaux intelligents, le stockage ou les économies d'énergie.

La journée de la Construction récompense aussi des entreprises qui justement savent innover et des jeunes. C'est indispensable de continuer à les séduire et à les faire venir vers le BTP ?

Nous avons souhaité mettre en avant des entreprises qui se sont effectivement distinguées dans des domaines aussi variés qu'une reprise réussie, une diversification d'activité et une innovation technique remarquable. Récompenser les jeunes issus de l'apprentissage est symbolique de l'intérêt que la profession porte à ce type de formation par la voie de l'alternance. L'objectif n'est pas ici de séduire mais de rappeler que le BTP valorise les efforts et le mérite et continue d'offrir, au-delà d'un vrai métier, des perspectives d'avenir et d'évolution professionnelle aux jeunes motivés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2017 à 20:02 :
Bonne initiative, reste à trouver une traduction à BIM et smart grids !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :