Un sous-marin touristique bientôt à Marseille

 |   |  498  mots
Le projet est porté par l'entreprise MSE basée à Cassis.
Le projet est porté par l'entreprise MSE basée à Cassis. (Crédits : DR)
C'est le projet – pas si fou – de l'entreprise MSE basée à Cassis et qui voit dans le tourisme sous-marin un vecteur supplémentaire de développement pour le bassin marseillais.

Ce n'est pas vingt mille lieux sous les mers mais il y a de l'esprit aventureux dans le projet que porte l'entreprise Mediterraneen Submarine Experience (MSE) que dirige Ludovic Raes : faire fabriquer un sous-marin de grande taille capable de faire visiter les profondeurs des eaux provençales aux touristes. L'idée a germée peu à peu dans l'esprit de cet entrepreneur, passionné de plongée sous-marine ce qu'il doit sans doute à l'atavisme paternel, son père étant scaphandrier.

Un sous-marin vert

Depuis 5 ans, Ludovic Raes a étudié de nombreuses possibilités. Cibler le tourisme de loisirs mais aussi d'affaires le mène à envisager de faire construire un sous-marin de grande capacité, c'est-à-dire capable d'intégrer une cinquantaine de places. C'est un chantier naval finlandais qui a été choisi, ce dernier ayant déjà construit un élément de même type pour la Corée. "Ce sera le sous-marin marseillais le plus perfectionné sur le marché", avance Ludovic Raes. "100 % électrique, conçu avec des matériaux et des peintures recyclables, des batteries gel non pas au plomb".

Le choix du Frioul

La plongée pourra se faire jusqu'à -60 mètres, le sous-marin proposant une vingtaine d'hublots panoramiques. Elle se fera depuis l'archipel du Frioul, un choix validé par la capacité de l'endroit à receler des spots de plongée abrités des vents, accueillants près de 500 000 visiteurs par an et présentant des eaux claires, une faune et une flore riches ainsi que des épaves capables d'attiser la curiosité du touriste. Surtout, c'est là que le designer marseillais Ora-ïto a choisi d'immerger un projet d'architecture aquatique et de créer un musée d'art sous-marin.

Fonds à lever

Le délai de fabrication du submersible, du rapatriement en France et de la formation du pilote est de 15 mois. Mais auparavant il faudra boucler le financement nécessaire. 5,2 M€ pour la construction elle-même et pour l'assistance bateau à passagers - une embarcation de 17 mètres de long, 5 mètres de large et d'une capacité de 100 places - l'implantation du sous-marin sur la zone à laquelle il faut ajouter l'implantation d'un ponton d'accès pour 300.000 euros soit près de 6 M€. Une levée de fonds d'un million d'euros est en cours auprès d'entreprises privées du monde du transport. Une banque finlandaise s'est, elle, montrée intéressée pour financer le sous-marin. Reste à apporter 15 % de la somme nécessaire à la construction du sous-marin, soit 580.000 euros. Paca Investissement, le fonds d'investissement de la Région PACA, serait le bienvenu. Surtout sa participation permettrait au projet, assez innovant dans son application sur le territoire, de rapidement voir le jour.

D'autant que de son côté, MPM, qui gère les plans d'eau, a donné son autorisation pour des embarquement/déparquement éventuels depuis la Villa Méditerranée.

Pour rentabiliser l'exploitation de son submersible, Ludovic Raes prévoit de l'utiliser comme support de communication publicitaire. Il envisage également l'accueil de 23 000 passagers dès la première année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/02/2016 à 14:15 :
Là, je développe un camion-poubelle touristique. Et vu le nombre d'ordures, ça va marcher d'enfer...
a écrit le 10/02/2016 à 21:21 :
Ce projet unique est extraordinaire et est soutenu par mon Association Frioul terre des Artistes sur le Frioul.Il faut que notre archipel se développe et devienne part entière de la Métropole marseillaise.Comme Ambassadeur de Marseille au Club m avec Didier Parakian je tiens a souligner que ce projet sera a la base d'un développement économique intelligent de l'île sans bouleverser nullement ni l'environnement si bien surveillé par le Parc national des Calanques ni ses habitants .
Réponse de le 12/02/2016 à 14:17 :
"sans bouleverser nullement ni l'environnement si bien surveillé par le Parc national des Calanques ni ses habitants". Excellente blague. Merci, j'ai bien ri.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :