"Nouveauté 2017 : ce qu'il faut savoir et qu'on ne vous dira jamais"

 |   |  941  mots
(Crédits : DR)
L’année 2016 s’est achevée avec les traditionnels débats et arbitrages de la loi de finance 2017, auxquels s’ajoutent la mise en application au 1er janvier de certains décrets qui vont impacter les entreprises de toutes tailles, en particulier les PME et les startups. Dans ce maquis de réformes, il y a des changements significatifs à connaitre : baisse de l’IS, hausse du CICE, apparition des Mini PP, développement du corporate venture et création du Compte PME Innovation.

La loi de finance a définitivement été adoptée le 29 décembre dernier, et les mesures spécifiques aux entreprises leurs sont favorables cette année. 2017 serait-elle une année électorale ???

En effet la mesure phare pour les entreprises est la baisse du taux d'impôt sur les sociétés (IS) de 15 % ! Dans les faits la diminution va être progressive. En 2017, seules les PME verront leur taux d'imposition réduit de 33 à 28 % et seulement sur la part des bénéfices inférieure à 75 000 €. En 2018, le taux sera de 28 % pour toutes les entreprises et sur la tranche des bénéfices inférieure à 500 000 €. Il faudra attendre 2020 pour la mise en place du taux unique de 28 % pour l'ensemble des entreprises.

Le CICE renforcé

Un autre dispositif phare est renforcé cette année, le Crédit d'Impôt pour la Compétitivité et l'Emploi (CICE). En passant de 6 à 7 % des rémunérations versées, le gain supplémentaire est estimé à 3 milliards d'euros pour les entreprises.

Trois autres, d'abord remis en question, ont finalement été maintenus : le statut de Jeune Entreprise Innovante (JEI), jusqu'en 2019, le Crédit d'Impôt Cinéma et Métier d'Art, jusqu'en 2019 également mais aussi le Crédit d'Impôt Prospection Commerciale (CIPC ou Crédit d'Impôt Export), confirmé au dernier moment le 29 décembre.

Les mesures fiscales de la loi de finance 2017 sont donc clairement favorables aux entreprises cette année.

Nouveaux outils et dispositifs de financement pour les PME

Au-delà de ces mesures fiscales, l'environnement financier des PME continue d'évoluer avec des nouveautés soutenant l'investissement dans les PME.

Ainsi, après les EURO PP réservés aux ETI et aux grosses PME, les Mini PP s'adressent aux PME ayant un CA supérieur à 10 M€ et un besoin de 15M€ maximum.

Pour rappel un Euro Private Placement (EURO PP) est un instrument financier à moyen ou long terme, par lequel des investisseurs institutionnels ou privés (assureurs, organismes de prévoyance, fonds de pension, fonds de prêts spécialisés, etc...) prêtent à une entreprise émettrice. C'est donc un moyen de financement alternatif au prêt bancaire traditionnel, le plus souvent avec un remboursement in fine, pour des opérations comprises entre 15 et 250 millions d'euros.

Les Mini Private Placement (Mini PP) présentent les mêmes avantages de désintermédiation bancaire (plus rapide, moins de garantie demandées, remboursement in fine), mais s'adressent à des PME de taille moyenne pour des opérations inférieures à 15 M€.

Les chefs d'entreprises qui souhaitent varier leurs sources de financement, seront également intéressés d'apprendre que le Corporate Venture continue de se structurer. En discussion depuis 2013, le Corporate Venture, capital investissement entreprise, vient seulement d'être réglementé.

Il permet à une entreprise d'investir dans une autre, directement ou indirectement, et d'amortir son investissement sur 5 ans. L'opération se réalise dans la limite de 1 % de l'actif du prêteur et de 20 % de prise de participation. L'entreprise cible doit être une PME au sens communautaire (effectif inférieur à 250 personnes et moins de 50 M€ de chiffre d'affaires) et innovante (10 % de charges déductibles en R&D ou Innovation justifiable auprès de la BPI par exemple). Le dispositif n'est applicable qu'une seule fois (pas de réinvestissement avec nouvel amortissement possible) et l'entreprise cible doit respecter les règles européennes d'encadrement des aides d'État en faveur du financement des risques. Le montant global des investissements sujets à avantages fiscaux (Corporate Venture, ISF, etc...) perçu par l'entreprise ne peut excéder 15 M€ sur la vie de l'entreprise.

Ce dispositif doit inciter les grands groupes à renforcer leurs investissements dans des PME Innovantes.

PME innovantes ou Start-up, nouveaux avantages pour les investisseurs

Plus de 2,3 Milliards d'euros investis en 2016 dans les start-up et PME innovantes, les chiffres du capital risque en France se portent bien, avec une hausse de 27 % par rapport à 2015 pour cette nouvelle année record. L'adoption en décembre par le parlement de la mise en place du Compte PME Innovation (CPI), ou compte investisseurs entrepreneurs, pourrait favoriser la hausse des volumes pour 2017. Ce  "PEA" de l'investisseur privé doit permettre aux investisseurs de réinvestir les plus-values de cession dans de nouvelles start-up. En effet, l'imposition des plus-values serait reportée pendant toute la durée de l'investissement, sans exonération toutefois à l'ISF de la trésorerie positive du compte.

Les entreprises éligibles sont les PME de moins de 7 ans, 10 ans pour les sociétés innovantes. Un pacte d'actionnaires représentant plus de 25 % des votes devra être mis en place ce qui sous-entend une ouverture de capital de 25 % qui n'est pas négligeable en termes de dilution, mais qui incitera les investisseurs à mettre des tickets plus importants pour bénéficier du dispositif.

L'impact du CPI restera toutefois mesuré dans le sens où il n'apporte ni exonération, ni crédit d'impôt, seulement un report d'imposition. Longuement discutée (depuis 2014), la version définitive du CPI a quelque peu déçu dans son champ d'application, qui revient à donner à l'investissement direct le même régime fiscal que l'investissement dans un fond ou dans une assurance vie.

En conclusion de cette revue de début d'année, nous retiendrons au final un meilleur contexte fiscal avec la baisse de l'IS et la hausse du CICE, deux nouveaux dispositifs de financement privés intéressants avec les Mini PP et le Corporate Venture. Et un dispositif à suivre : le Compte PME Innovation qui devrait faciliter le réinvestissement vers les start-up.

_____________________

Smart Entrepreneurs est une banque d'affaires innovante implantée à Nice, Sophia-Antipolis, Aix-en-Provence, Montpellier et Lyon qui accompagne les dirigeants dans leurs problématiques de croissance : financements, acquisitions ou cessions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/03/2017 à 13:20 :
Un grand merci à Smart Entrepreneurs et David Lemière de considérer le MiniPP comme étant l’une des nouveautés à connaître en 2017.
Le MiniPP est un nouvel outil de financement alternatif au crédit bancaire créé par ORIGIN Investing, la première plateforme de financement désintermédié des PME en dette privée ( https://www.origininvesting.com/ )

ORIGIN Investing a développé le MiniPP pour répondre au besoin de financement des PME. Accessible aux PME dès 10m€ de CA, le MiniPP est un emprunt obligataire simplifié, 100% digital. Pour en savoir plus sur le MiniPP : https://www.origininvesting.com/emprunter

Pour les investisseurs, le MiniPP permet de diversifier ses placements à des taux attractifs, sans plafond, et en investissant dans l’économie française auprès de PME rigoureusement sélectionnées par ORIGIN Investing, société agréée PSI par l’ACPR.

Pour plus d’informations n’hésitez pas à prendre contact avec nos équipes soit par mail [email protected] soit par téléphone au 01 76 41 02 51

Audrey Stewart, co-fondatrice et CEO d’ORIGIN Investing

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :