L'apport numérique de Doriane dans la recherche végétale

 |   |  466  mots
(Crédits : DR)
L'éditeur basé à Nice a mis au point un logiciel permettant aux départements de recherche de préparer et suivre leur projet de recherche appliquée. Et le secteur de prédilection c'est l'agronomie.

Le but, c'est servir l'efficacité de la recherche. Le moyen, un logiciel baptisé RnDExperience. Un titre à prendre "au sens anglais du terme", précise bien Frédéric Royer, son président. C'est-à-dire celui de retour d'expérience.

Le big data avant l'heure

Née en 1986, Doriane s'est servi de son expertise pour créer un logiciel capable de seconder le directeur de la recherche dans l'application de son innovation et de son projet, offrant ainsi des outils de management. D'abord appelé Labkey, il change de nom l'an dernier et devient RnDExperience, permettant de collecter des données, d'analyser des statistiques, de suivre les évolutions du projet... Et vise le secteur de l'agro-alimentaire notamment.

Car c'est un domaine où l'expérimentation sert à avaliser l'innovation. En l'occurrence le traitement des données est indispensable. "Nous faisions du big data avant l'heure", note Frédéric Royer. Car le logiciel permet le triptyque collecte de la donnée / validation /prise de décision.

Spécificités

Pour s'adapter aux différents usages, RnDExperience se décline en version Saas, en version Ready - un software pré-configuré - en version Custom - personnalisé - et en version mobile, une application offline, indispensable quand il s'agit de se déplacer sur le terrain.

Les clients de la PME de 12 salariés sont les entreprises de semences, de l'agro-industrie ou des instituts de recherche privé ou publique. C'est par exemple Ragt, le leader européen de la semence de blé dur, Secobra recherches, spécialisé dans l'orge pour la malterie, Unisigma, un GIE qui travaille sur l'amélioration génétique des céréales, blé et orge. Il y a aussi Morel Diffusion, le créateur de cyclamens hybriques basé dans le Var ou Cristal Union (le sucre Daddy, c'est lui).

Evidemment, Doriane est présente à l'international - où elle réalise 30 % de son activité - notamment via la Coop fédérée, quatrième entreprise du Québec, CPS India, filiale d'un grand groupe thaïlandais ou DBN, groupe chinois. La Chine, où l'entreprise a signé en octobre dernier un contrat avec Biocentury Transgene, le n°1 du coton.

Tous des clients d'un même secteur, mais avec des problématiques différentes.

Ainsi, "dans les pays émergeants, nos clients sont demandeurs de la méthode de travail".

Déploiement

Arrivé à une phase de son développement, Doriane envisage un positionnement sur d'autres marchés qui restent à identifier même si le médical ou l'environnement, par exemple, semblent pertinents. "Nous sommes à la recherche de contributeurs afin de favoriser le déploiement de la technologie", explique Frédéric Royer. Des investisseurs et des partenaires sont donc les bienvenus pour faire pousser un peu plus encore la PME niçoise qui réalise 1 M€ de chiffre d'affaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :