Pourquoi CMA CGM performe

 |   |  531  mots
(Crédits : DR)
La compagnie maritime implantée à Marseille a présenté des résultats 2016 en hausse. Ce qui conforte Rodolphe Saadé, le nouveau maître à bord, dans la stratégie menée.

Un chiffre d'affaires à + 1,9 %, une croissance des volumes de 20 % et une marge opérationnelle positive... 2016 aura donc été satisfaisante pour la compagnie maritime. Ce qui est plutôt une bonne nouvelle dans un contexte de taux de fret historique bas. Et tend à valider la stratégie déployée par le groupe.

Merci NOL

Car CMA CGM sait qu'elle évolue dans un marché disputé, comme le prouvent d'ailleurs les opérations de rachat de NOL et la création d'Ocean Alliance, sur le credo de l'union de compétences qui fait la force.

NOL qui justement a apporté sa contribution en terme de volumes transportés, en croissance de 20 %, CMA CGM choisissant par ailleurs de privilégier les meilleurs taux de fret pour préserver sa rentabilité opérationnelle. La marge opérationnelle avec ses 4,2 % au quatrième trimestre, pourcentage insolent, a comparer au 0,6 % pour la même période en 2015, est significatif. De quoi conforter la stratégie engagée. Surtout que le déploiement lié à l'intégration de celle qui est la plus grande compagnie d'Asie du Sud-est et qui opère sous la marque commerciale APL a permis notamment de lancer 24 nouveaux services maritimes.

2017 encore meilleur ?

Dans ce contexte, l'optimisme est clairement de mise pour l'année en cours, d'autant que les éléments de ce premier trimestre semblent confirmer l'amélioration des taux de fret et la hausse des volumes. Il ne devrait cependant pas y avoir de nouvelles commandes de navires et ce dans la volonté de préserver un équilibre qui reste malgré tout encore fragile entre offre et demande. D'ailleurs la livraison de 3 navires prévus au cours des prochains mois est reportée à l'année prochaine.

Vive le développement

Et pour bien se développer, CMA CGM compte poursuivre sur sa lancée. C'est-à-dire continuer la maîtrise des dépenses et renforcer son offre en la complétant avec une offre logistique. Mais c'est aussi et surtout sur l'innovation que CMA CGM et son directeur général veuent accélérer. Notamment en matière d'e-commerce, après le partenariat signé avec Alibaba en début d'année. Mais c'est encore et toujours vers les startup que la compagnie maritime va s'appuyer, prouvant que son intérêt pour la chose s'inscrit dans la durée. C'est bien ce qu'avait promis Rodolphe Saadé lorsque une vingtaine de jeunes pousses prometteuses du territoire avaient été reçues au siège pour une journée d'échanges en juin dernier. Verra-t-on la compagnie maritime apporter son coup de pouce financier à de nouvelles entreprises prometteuses ? Sans doute mais peut-être de façon différente à ce qui a été fait jusqu'ici c'est-à-dire par la participation au capital ou la création de joint-venture. Intégrera-t-elle comme l'a fait l'un de ses concurrents, Maersk, la blockchain dans la gestion de sa logistique ?

Toujours est-il qu'avec un chiffre d'affaires annuel de 16 milliards USD, CMA CGM fait mieux que certains de ses concurrents, dont Maersk justement, et flotte donc dans des eaux paisibles. A son nouveau maître à bord, Rodolphe Saadé, de piloter le paquebot familial et de suivre la feuille de route tracée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :