MCO Congrès, la PME qui voit l’événementiel version XXL

 |   |  659  mots
(Crédits : DR)
Depuis 1989, année de sa création, le phocéen MCO congrès s’est positionné comme un groupe spécialisé dans l’événementiel d’entreprises. Mais pour trouver d’autres relais de croissance, il n’hésite pas à diversifier ses activités et à lancer ses propres manifestations.

Il sera à l'automne prochain l'une des chevilles ouvrières de la première édition marseillaise du Production Summit, événement professionnel relatif à l'audiovisuel initié par la société Hildegarde, détentrice des magazines Première et Le Film Français... Mais au-delà de ça, le groupe marseillais MCO Congrès, c'est l'organisation de "plus de 200 événements d'entreprises par an", parmi lesquels séminaires, congrès, colloques, conférences, assemblées générales, sessions de formations et autres lancements de produits, détaille Marc Crousillat, créateur en 1989 de la structure avec Dario Mougel. Fait notable dans le secteur de la communication, qui voit plus souvent évoluer en Provence Alpes Côte d'Azur des TPE ou des indépendants, l'entreprise de Marc Crousillat compte un effectif de 40 collaborateurs. Et affichait un chiffre d'affaires de 16 M€ en 2016, toutes activités de la holding confondues.

Savoir être multiple

Pour cela, sa méthode est simple : une diversification progressive de ses activités. En effet, si les congrès médicaux et scientifiques représentent la plus grande part de l'activité du groupe (avec une expertise dans les domaines de l'urgence, de l'orthopédie, de l'anesthésie, des maladies rares, de l'esthétique et de la traumatologie), il n'hésite pas à se spécialiser tous azimuts. Ainsi, au fil des années, MCO Congrès étend effectivement son expérience à l'organisation de congrès institutionnels et répond de façon plus large à la demande d'autres secteurs professionnels parmi lesquels les industries, la finance, l'immobilier... "Nous nous illustrons aussi dans le domaine du sport. Par exemple, nous avions été choisis pour prendre en charge la Fan Zone à Marseille l'été dernier, pendant l'Euro 2016. Nous avons également organisé pendant 10 ans les championnats du monde de beach volley à Marseille et à Paris, nous étions d'ailleurs propriétaires de l'événement" poursuit Marc Crousillat.

Esprit créatif

C'est justement une des spécificités de MCO Congrès : le groupe se positionne comme créateur de manifestations. "Nous avons lancé nos événements. En termes d'activité, nous sommes à 80 % sur des demandes clients et à 20 % sur des projets propres à notre entreprise. Il n'est pas impossible que nous développions ce segment-là, mais il faut le faire de façon maîtrisée. Car si cela comporte un avantage, puisque nous ne sommes pas soumis à appel d'offres, cela compte aussi avec un inconvénient... En effet, si l'événement ne marche pas, nous subissons les pertes directement. Et lorsque nous lançons un nouvel événement, nous savons bien que pendant un temps, cela coûtera de l'argent. Cela est rentable en principe à partir de 3 ou 4 années de récurrence", poursuit Marc Crousillat. Parmi les événements de MCO, le Festival de musique électro Acontraluz, qui court sur sa 4ème édition. Ou encore, le festival de théâtre de plein air Des mots des Etoiles, au théâtre Sylvain, lancé en 2013.

Une forte orientation export

Mais ce n'est pas tout. Autre relais de croissance, MCO Congrès sait aussi s'exporter. Si le siège social du groupe est demeuré en cité phocéenne (une deuxième agence a vu le jour en 2008 à Lyon), ses dirigeants n'hésitent pas à se positionner hors des frontières afin d'organiser des événements internationaux. "Le marché y est plus vierge qu'à l'échelle nationale. Non qu'il n'existe pas d'entreprises d'événementiel à l'étranger, mais en revanche, elles sont rares à pouvoir faire tourner les congrès d'un pays à l'autre, selon les éditions. Ce qui constitue notre point fort". En effet, compte tenu de son positionnement sur le médical et le scientifique, MCO a tissé au fil des années tout un réseau de sociétés savantes en France et au-delà, ce qui lui permet de bénéficier d'une assise pour être opérationnel à l'international. "La part de notre activité export est pour l'heure de 15 %, nous avons pour objectif de la développer", conclut Marc Crousillat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :