Pourquoi Un air d’ici se renforce sur le bio

 |   |  527  mots
(Crédits : DR)
Le spécialiste du fruit sec et de la graine, basé à Carpentras, veut intensifier son leadership sur ce segment via une nouvelle marque dédiée.

C'est une question de visibilité avant tout. Si Franck Bonfils a lancé depuis 2017 une nouvelle marque, nommée Juste Bio, c'est en effet principalement pour un souci de clarté auprès du consommateur. "Nous sommes spécialisés depuis 17 ans dans les fruits secs, arachides et autres mélanges de graines, ce en offre comptoir et en aide culinaire. Mais peu à peu, nous avons poussé vers le bio et aujourd'hui, près de 95 % de notre production est passée sous ce cadre. Jusqu'ici, tout était commercialisé sous notre marque La Maison des Bistrots, en bio et en non bio", explique le créateur de l'entreprise d'agroalimentaire vauclusienne. Ainsi, les deux offres seront désormais distinctes l'une de l'autre. Et le concept de Juste Bio va pouvoir s'épanouir, même s'il n'a pas attendu le lancement de la marque proprement dite pour conquérir le marché de la GMS. Car c'est dès 2013 que le concept a fait irruption entre les linéaires, avant de connaître un regain de croissance et d'intérêt ces dernières années, avec des bons significatifs du chiffre d'affaires : 5,5 M€ en 2014, 7,5 M€ en 2015 et... 13 M€ en 2016. 70 % d'augmentation, rien de moins.

Croissance

Mais quel est-il ? "Le principe de Juste Bio, c'est deux propositions : marier les sachets et - surtout- le vrac, qui représente à présent 75 % de notre activité". Une offre en libre service via meubles dédiés installés par l'entreprise, soit près d'une centaine de références en approvisionnement constant. Et elle fait recette : après un succès dans les enseignes régionales, Juste Bio se développe à présent à l'échelle de l'Hexagone et a conquis pour l'heure 2 400 magasins parmi les noms de la grande distribution, à savoir Casino, Carrefour, Auchan, Système U, Intermarché ou encore Monoprix. "Sur le premier trimestre 2017, nous sommes déjà à 100 % de croissance. L'idée est de nous déployer à un rythme de 1 500 magasins supplémentaires chaque année. Nous atteindrons donc la barre des 4 000 fin 2017. Le tout en restant centré sur la GMS, même si nous ambitionnons aussi de nous implanter sur les enseignes spécialisées. Nous avons déjà contact avec des grossistes dans cette optique". A moyen terme, Franck Bonfils envisage également d'attaquer l'export, "en ciblant des pays qui sont peu sensibilisés au bio et sur lesquels la marge de manœuvre est plus importante, comme l'Espagne ou le Portugal, par exemple". Mais pas avant de consolider le marché français...

Nouvelle usine en 2018

Il n'empêche, il se posera très vite la question des moyens d'accompagner cette croissance. Franck Bonfils prévoit ainsi de recruter et de passer de 20 collaborateurs aujourd'hui à 30 fin 2017. Parmi les profils requis, un commercial grand compte, un assistant achat ou encore qualité... Mais outre les ressources humaines, il faudra également songer à renouveler l'outil de production. Travail en cours, va-t-on dire : Un air d'ici devrait, d'ici la fin de l'année 2018,  investir une nouvelle usine, plus spacieuse, acquérir un équipement flambant neuf et mettre en place une nouvelle ligne de production. "Nous nous sommes déjà engagés sur un terrain... Ce projet nécessitera 2,5 M€ d'investissements".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :