Ce que Franchi va apporter à Masci

 |   |  393  mots
(Crédits : DR)
Si le n°3 français du traitement du plomb, de l'amiante et des métaux lourds basé en Moselle a acquis la société Franchi, installée à Martigues c'est bien pour renforcer ses positions autour de l'étang de Berre, périmètre stratégique.

Première zone pétrochimique française, générant 42 % des importations et raffinage de pétrole et 50 % de la production de chlore en France, l'Etant de Berre est forcément un positionnement stratégique pour le groupe Masci. C'est dire si le n°3 français du traitement du plomb, de l'amiante et des métaux lourds n'a pas longtemps hésité à ramener totalement dans son giron une pépite locale capable de lui donner plus d'envergure dans une région stratégique.

Le groupe dirigé par Pierre Brzustowski double ainsi de taille, pesant désormais 30M€ de chiffre d'affaires pour 200 personnes contre 22 M€ de chiffre d'affaires et 110 salariés auparavant.

Garder la cadence

La croissance, Masci y est habituée, elle est de l'ordre "de 20 % tous les ans ces dix dernières années", précise le président du groupe qui va bénéficier de l'apport de la technologie de Franchi. "Cette acquisition est une façon de croître", explique Pierre Brzustowski. "Il faut être opportuniste, montrer que nous faisons de la création de valeur". Car le marché a été secoué. "Notre marché est mature, avec une croissance de l'ordre de 1 à 2 % par an. 2008 a marqué un important coup d'arrêt. Nous travaillons sur la maintenance - Masci démantèle notamment les installations et équipements critiques NDLR - donc il reste des choses à faire mais nos clients ralentissent aussi".

Innovation recherchée

Des clients - grands groupes du secteur nucléaire, du pétrole, des énergies renouvelables, de l'industrie - qui ne restent pas insensibles à l'innovation, bien au contraire. D'où un programme spécifique déployé en interne qui se traduit par une réflexion menée sur comment supprimer les revêtements polluants (dont le décapage par induction) et réduire les déchets. "Nous sommes à l'intersection de fabricants de résine et de robotique. Nous travaillons aussi sur la réduction des délais de chantier. Et nous tenons à pratiquer le sur-mesure". Une façon de faire de la proximité, valeur toujours appréciée. En mai 2016, Masci avait procédé à un LBO, le fond d'investissement Pechel Industries devenant actionnaire majoritaire aux côtés des principaux dirigeants, le but étant de renforcer les ressources managériales. L'acquisition de Franchi est la première opération de croissance externe. Sans doute pas la dernière.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :