Comment la levée de fonds de Youstock va assurer son développement

 |   |  549  mots
(Crédits : DR)
Auto-proclamée le Dropbox des biens physiques, la société installée à Monaco entame une levée de fonds afin d'accompagner son déploiement, aussi bien en services que géographique. Une façon aussi de répondre aux besoins du marché.

Le self-stockage a de l'avenir, la demande enregistrée par Youstock, pour le moins, semble l'attester.

Si elle s'est appuyée sur un modèle nord-américain lors de sa création en 2015, la jeune entreprise monégasque fait face aujourd'hui aux besoins de son marché domestique. Et de fait, le potentiel de croissance qui s'ouvre à elle est bien plus "important que notre vitesse de développement", note Alexis Bouresche, l'un des deux fondateurs de l'entreprise, avec Jacopo Marzocco. Un constat qui appelle une solution : la levée de fonds.

Extension globale

Un passage presque obligé afin d'accompagner le déploiement souhaité. D'autant que des idées, le duo d'entrepreneurs et seuls actionnaires à ce jour, n'en manque pas. Il y a d'abord cette indispensable nécessité d'améliorer les services existants dont l'extension des horaires de disponibilité et l'embauche de logisticiens. Pour rappel, Youstock propose à ses clients des modules de rangements qu'ils remplissent eux-mêmes et qui leur sont livrés à domicile. Ces modules sont ensuite scellés et numérotés et mis dans un entrepôt. Le client peut à tout moment se connecter sur la plateforme dédiée et avoir accès à son inventaire sans jamais se déplacer à l'entrepôt. La livraison est effectuée dans les 24h. "Nous souhaitons développer également le stock de tout type de biens, notamment ceux spécifiques comme les œuvres d'art" explique Alexis Bouresche. Il y a aussi cette idée de création de plateforme en ligne pour la vente de mobilier stocké. Et puis il y a surtout cette volonté de s'étendre géographiquement. "Notre méthodologie peut être facilement copiée/collée" dit le dirigeant monégasque qui prévoit dans son plan d'extension Toulon puis Aix-Marseille et enfin Lyon. Autre projet, la création d'une application mobile qui viendrait compléter la plateforme internet. Une application existe déjà, mais uniquement utilisée par les livreurs et pas designée pour répondre aux besoins de la clientèle.

Objectif à la hausse

Si initialement Youstock tablait sur un tour de table d'un montant de 1,5 M€, c'est finalement 2,5 M€ qu'elle souhaite lever, mais uniquement auprès d'investisseurs externes faisant partie de ses relations d'affaires proches. Une façon pour Alexis Bouresche et Jacopo Marzocco de ne pas diluer le capital, faisant par ailleurs valoir le fait que certains des investisseurs pressentis sont des clients potentiels "ayant envie de faire partie de l'aventure". Concernant l'extension géographique, Youstock veut d'abord continuer de conquérir la zone sur laquelle elle intervient, allant de Menton à Cannes. "Il ne serait pas logique de ne pas exploiter totalement le potentiel que nous possédons et de nous éparpiller", justifie Alexis Bouresche. D'autant que "pour valider des process, il faut la réponse du marché", et que chaque zone géographique envisagée à ses propres spécificités à prendre en compte.

Rééquilbre

Côté clientèle, si elle était initialement composée à 50 % de clients publics et privés, le rapport s'est réorganisé. Désormais ce sont à 65 % des clients privés qui font appel à Youstock, les entreprises représentant 35 % majoritairement des groupements automobiles présents en Principauté. Le chiffre d'affaires, lui, croît, atteignant 300 000 euros en 2016 avec des perspectives à 450 000 euros pour l'exercice en cours. Youstock emploie 8 salariés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :