Pourquoi Oxatis se renforce auprès des PME

 |   |  489  mots
(Crédits : DR)
Le fournisseur de solutions e-commerce basé à Marseille a bien compris les enjeux des petites et moyennes entreprises en matière de business en ligne. Une cible qu'il chouchoute.

La récente annonce du partenariat la liant avec le groupe Crédit du Nord et ses banques dont fait partie la Société Marseille de Crédit (SMC) qui est également marseillaise, ne fait que renforcer son ancrage auprès des TPE et PME. Ce qui répond indirectement à la volonté des petites et moyennes entreprises de véritablement ne pas bouder le business en ligne.

Faciliter

Née en 2001, la société dirigée par Marc Schillaci n'en n'est pas à son premier rapprochement avec un établissement bancaire. Elle a déjà tissé des liens notamment avec le Crédit Agricole, ce qui correspond aussi à un certain virage opéré par l'entreprise marseillaise. "Nous avons choisi d'apporter aux PME le même outil qu'aux grands groupes, afin que le passage au digital ne soit pas un parcours du combattant ou un exercice dangereux", explique le PDG. Revendiquant 10 000 clients en Europe, plus précisément en France, Angleterre, Espagne et Italie, positionnés sur 21 secteurs pour 20 000 commandes passées par jour, Oxatis adresse aussi bien les pure-players que des commerçants venus à l'e-commerce parce qu'ils "ont constaté que cela agrandit la chalandise, permet de mieux faire connaître les produits et accroît la fidélité", précise Marc Schillaci.

"Notre vrai métier est de digitaliser l'activité des entreprises. Elles possèdent déjà des données et notre problématique est de les amener en ligne". Oxatis fait ainsi en sorte que le catalogue soit disponible en ligne et que la commande passée elle aussi de façon dématérialisée arrive directement dans le logiciel de gestion.

Objectif digital

"Bien entendu, l'e-commerce est dominé par de grands acteurs mais c'est une opportunité réelle pour les petites et moyennes entreprises. Cela leur permet de développer de nouveaux usages en exécutant le même métier mais avec des outils nouveaux", plaide Marc Schillaci. Et apporter des solutions techniques ce n'est suffisant. D'où cet accompagnement distillé par des coachs "afin de transposer le métier sur le digital, avec d'expliquer aux dirigeants les règles du jeu à suivre sur Internet". Pour autant ce volet accompagnement "n'est pas systématique".

N'empêche que les niveaux d'adoption de l'e-commerce varient selon les pays, les Espagnols et les Italiens étant moins engagés sur le sujet que les Anglais. "Il existe encore un boulevard de croissance. Les technologies et les usages arrivent rapidement des Etats-Unis".

Si Oxatis a levé 5 M€ en 2016, elle investit 2 M€ chaque année dans le développement fonctionnel de sa plateforme. De quoi rester dans les premières places des fournisseurs de solution e-commerce, un secteur qui a subit un phénomène de concentration au cours des dix dernières années. Oxatis, qui emploie actuellement 150 salariés, vise une équipe de 200 personnes d'ici la fin de l'année et prévoit un chiffre d'affaires de 10 M€ pour 2017 contre 7,5 M€ en 2016.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :