Technofirst veut s’imposer sur le BtoC

 |   |  624  mots
(Crédits : DR)
La PME basée à Aubagne figure parmi les leaders mondiaux dans le domaine anti-bruit grâce à une gamme de produits visant à réduire les nuisances sonores.

De la TPE ciblée exclusivement recherche à la PME jouant de sa gamme de produits anti-bruit pour jongler entre le BtoB et le BtoC, Technofirst, établie à Aubagne, aura su faire la transition. Son dynamisme ne s'est pourtant pas obtenu à la faveur d'une législation accommodante, même si le bruit apparaît comme le premier souci des Français. "Nous ne sommes pas encore au pilotage de notre activité par les lois, même si cela commence à  bouger. Les mentalités évoluent aussi. Il y a 25 ans, on ne prenait aucune précaution au travail. Alors qu'aujourd'hui, tout le monde porte des protections acoustiques", observe Christian Carme, chercheur et fondateur en 1990 de Technofirst. Ainsi, il y a plus qu'un frémissement... Mais si la PME de près d'une vingtaine de collaborateurs a enregistré, de 2015 à 2016, une croissance de 45 % en passant d'un chiffre d'affaires de 5,3M€ (dont 52 % à l'export) à 7,6 M€, c'est dû à bien d'autres éléments...

R&D forte

Tout d'abord, une stratégie fortement axée sur la R&D. "C'est l'un des trois départements qui composent Technofirst. Au sein de celui-ci, on imagine, on répond aux questions de nos clients... On y trouve une sous-division R&D et ingénierie, où l'on adapte nos briques technologiques en fonction du besoin. Et enfin, une sous-division propriété intellectuelle, puisque nous avons déjà déposé 26 brevets dans le monde entier. Et nous avons pour politique de les déposer uniquement quand nous voyons poindre un marché"... Près de 1,5 M€ à 2M€ sont investis chaque année dans la R&D, sachant que Technofirst bénéficie du crédit impôt recherche, à hauteur de 500 à 600 000€.

Une équipe commerciale ciblée terrain

Aujourd'hui, la PME aubagnaise dispose ainsi d'une gamme de produits diversifiés, mais comptant un dénominateur commun, qui est la base de la technologie innovante de Technofirst : le contrôle actif du bruit. C'est notamment le cas de ces casques actifs dédiés au monde professionnel, qui permettent d'entendre jusqu'à 95 % du son dans un espace bruyant. "Toute l'armée française en est équipée, ainsi que l'armée italienne". Mais aussi de la bulle de silence, qui permet de réduire le bruit autour de la tête des passagers, peu importe le transport. Ou encore des silencieux aérauliques placés dans les circuits de ventilation, là encore pour réduire le bruit...  Parmi les clients figurent des grands comptes tels que Bombardier, EADS, Saint-Gobain ou Siemens. C'est avec ce positionnement BtoB que celle qui n'était initialement positionnée que sur la recherche et l'ingénierie a trouvé des relais de croissance. Mais ce n'est pas terminé. En effet, brique à brique, Technofirst développe aussi depuis quelques temps des produits finis, à l'instar de ce sèche-cheveux de nouvelle génération. "A l'inverse de ceux existant sur le marché, le nôtre aspire l'air par devant, et non par derrière, pour le souffler". Ce qui diminue les nuisances sonores et augmente les performances de l'appareil. Ou encore, tout dernièrement, un casque Hi Fi premium. Et il va sans dire que le BtoC figure comme un axe de développement prioritaire. "Il est déjà possible de trouver nos produits sur Amazon ou sur notre site marchand. Nous avons mis en place dernièrement une équipe commerciale terrain afin d'être encore plus offensif sur le marché. Nous allons dans cette optique démarcher dans un premier temps les réseaux de coiffeurs et les grossistes spécialisés pour notre sèche-cheveux, les enseignes spécialisées culture pour notre casque Hi Fi. Et le monde de l'entreprise au sens plus large pour nos produits de protection individuelle", prévoit Christian Carme.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :