Massalia Chaussures et le pari de la pérennisation

 |   |  530  mots
(Crédits : DR)
La vie d’un créateur n’a rien d’un long fleuve tranquille. Et Karine Parra l’éprouve depuis le lancement de sa marque en 2014... Mais la styliste a plus d’un tour dans son sac pour négocier le palier supérieur en termes de croissance.

Déjà trois saisons que la jeune marque de sandales Massalia Chaussures entend marquer la sphère de la mode marseillaise de son empreinte. A sa tête, la styliste en chaussures et accessoires Karine Parra, qui a fait le pari de se lancer en 2014 avec un positionnement bien personnel : de l'épuré, du sobre, un cuir tanné de façon végétale chez des artisans français... et un esprit méditerranéen avant tout, inspiré de ses origines grecques. Cela donne un support de base, la spartiate. Force est de constater que la styliste a dérivé de belle manière à partir de cet incontournable... Alors certes, le produit n'est pas très éloigné de ce que propose une marque telle que K. Jacques. Mais ce qui diffère chez Massalia, c'est la stratégie. "Nous ne visons pas le même cœur de cible. Le nôtre, c'est le moyen/haut de gamme. Car notre volonté, c'est de rendre accessible une belle sandale à davantage d'amatrices. Mais pour tenir ce positionnement, nous avons réduit les marges au maximum... Nous espérons donc qu'à terme, cela payera. L'année 2018 sera une saison test. Si Massalia ne décolle pas, on ne pourra pas pérenniser la marque", avance Karine Parra. Et la styliste de revenir sur les difficultés rencontrées par les créateurs : jongler à la fois avec la production, réalisée dans son atelier du quartier de Château-Gombert, la commercialisation, la communication...

Des accessoires pour lisser l'activité

Un constat qui n'empêche pas Karine Parra de poser une à une les pièces maîtresses sur l'échiquier de la croissance. En termes de commercialisation tout d'abord, les chaussures estampillées Massalia sont diffusées sur le site marchand éponyme, qui a été ouvert l'année dernière en proposant l'envoi et le retour gratuit, mais aussi "dans une trentaine de boutiques du grand Sud. Nous travaillons désormais avec deux agents et nous visons le déploiement de la commercialisation dans la partie nord de la France". La styliste envisage aussi d'exporter la marque et commence à vendre au Japon, à la faveur d'un accord conclu avec un distributeur. "Nous avons également quelques touches au Canada". Parmi les nouveautés 2017, l'émergence d'une collection enfants a vu le jour pour la saison. Elle devrait s'agrémenter de trois nouveaux modèles en 2018... Il faudra donc suivre en termes de production... Mais la créatrice, qui réalise chaque année à la main avec ses collaborateurs (les forces vives sont au nombre de quatre à l'atelier) 2 500 paires de sandales assure que "l'on peut aller beaucoup plus loin et atteindre 8 000 à 10 000 paires en une saison". Sachant que la fabrication a lieu pour l'heure entre janvier et avril.

Mais l'avenir de la marque passera sans doute aussi par le lissage de l'activité sur l'année, puisque les chaussures Massalia sont par essence marquées par la saisonnalité. "Nous allons nous positionner l'hiver prochain sur les accessoires, avec le lancement d'un sac en cuir". Les premiers prototypes sont d'ores été déjà sortis des ateliers... Enfin, la réflexion est également lancée sur une collection de baskets esprit derby.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :