L'accélération maîtrisée d'Eccity

 |   |  432  mots
(Crédits : DR)
En remportant l'appel d'offres lancé par la Métropole Nice Côte d'Azur pour la fourniture de scooters électriques, la PME installée à Grasse, qui a déjà convaincu d'autres collectivités dont Paris, prouve que sa technologie répond aux besoins du marché.

C'est ce qui s'appelle un développement maîtrisé. Constant donc. Avec l'annonce faite ce 16 mai de la fourniture de 40 scooters électriques pour la Métropole Nice Côte d'Azur, Eccity continue en effet de faire la preuve de son concept et de son positionnement.

Batterie brevetée

Née dans la Cité des parfums en 2011, l'entreprise a en effet développé un scooter électrique, baptisé Artelec 670. Et s'il se distingue sur le marché de la mobilité douce version deux-roues, c'est que ce 125 c3 doit tout à sa batterie. Un pack breveté, rechargeable, qui fait la différence grâce à son système d'optimisation de la température interne qui s'appuie sur des membranes hydrophobes et une ventilation interne qui permet une plus longue autonomie, une donnée très importante dès que l'on parle d'électrique. D'autant, qu'en étant en lithium-ion, la batterie est trois fois plus légère que celles en plomb.

Elle est également équipée d'une technologie BMS (battery management system) qui surveille l'état des cellules de la batterie et veille à l'équilibre entre tension et intensité.

Faire différent

"Notre produit convient à l'usage grâce à son autonomie puissante et sa vitesse de pointe qui sont comparables à un scooter thermique", explique Christophe Cornillon, le PDG de l'entreprise grassoise.

Avant la Métropole Nice Côte d'Azur, Eccity a déjà été choisie par Aix-en-Provence, Paris et Bourg-en-Bresse. Pour ce qui concerne la métropole azuréenne, le marché prévoit le remplacement progressif des deux-roues soit un marché pouvant atteindre 500 000 euros.

Pour amplifier sa présence dans l'Hexagone, Eccity déploie une force commerciale par le biais d'agents commerciaux, une "force de vente originale", précise Christophe Cornillon. De fait, les agents utilisent le scooter afin de témoigner de son usage au quotidien et de répondre ainsi aux questions des potentiels acquéreurs. Une méthode moins "statique" qui a pour but "d'apporter un réel service", et ce d'autant que "le marché est lent à se développer", fait remarquer le PDG azuréen.

Levée à finaliser

Après l'opération de crowdfunding menée en décembre dernier sur la plateforme FinancerUtile.com, Eccity finalise une levée de fonds de 500 000 euros, dont 200 000 euros à lever ces prochains mois auprès de business angels. Eccity emploie 10 salariés et a réalisé un chiffre d'affaires de 700 000 euros en 2016. Lequel pourrait être multiplié par deux dès l'exercice en cours. Surtout si, comme l'espère Christophe Cornillon, la nouvelle politique gouvernementale renforce le bonus écologique de 1 000 euros mis en place par Ségolène Royal...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :