Corstyrène, la PME qui veut devenir ETI

 |   |  527  mots
(Crédits : DR)
Petit poucet parmi les géants, l'entreprise basée à Signes, dans le Var, mise sur le développement de gammes innovantes et la multiplication d’opérations de croissance externe pour peser dans le monde de l’isolation.

Cette PME a les ambitions d'une grande. Et vise ni plus ni moins de devenir une ETI, en atteignant d'ici 2022 le chiffre d'affaires de 50 M€. Soit une croissance de 66 % par rapport à aujourd'hui, puisqu'elle totalisait en 2016 30 M€ de chiffre d'affaires pour 125 collaborateurs... C'est bien pour cela que Corstyrène, entreprise spécialiste des matériaux d'isolation et notamment du polystyrène expansé, a acquis tout récemment la varoise Beopan, représentant 5,5 M€ de chiffre d'affaires et 25 salariés.

Consolider

"Notre ligne stratégique, c'est de miser à la fois sur la croissance organique, en mettant sur le marché de nouvelles gammes, mais aussi en multipliant les opérations de croissance externe. Beopan était un de nos sérieux concurrents, il occupait le deuxième rang national dans le secteur des panneaux de toiture isolants et murs modulaires avec isolation intégrée. Son dirigeant voulait cesser son activité, nous nous sommes rapprochés de lui en vue de l'acquisition de son entreprise", explique Frédéric Lambert, directeur général. Avec ce rachat, la PME se renforce ainsi en France continentale avec un deuxième site de fabrication, en plus du rachat de Pomona en 2015 dans le Vaucluse. Elle compte ainsi dorénavant 6 sites de production, deux sur l'Ile de Beauté, deux sur le continent et deux en Sardaigne. Et visiblement, la dynamique n'est pas prête de s'arrêter, puisque Corstyrène est d'ores et déjà à l'affut de nouvelles opérations de croissance externe possibles dans l'Hexagone. Toujours dans l'idée d'y consolider son activité...

Offrir des performances inégalées

Mais avant d'acquérir de nouvelles entreprises, la Corse a depuis un mois et demi réorganisé sa production en concentrant désormais, à Signes et Aléria, la fabrication de sa gamme innovante Teknofibre, sortie voilà deux ans. Le site varois voit ainsi cette dernière monter en puissance, avec une ligne de production dédiée et l'embauche déjà effective de deux collaborateurs supplémentaires. Ce n'est qu'un début. "Il s'agit de panneaux de laine de bois minéralisée enrobés de ciment. Il y avait jusqu'ici un seul acteur présent en France sur ce segment, l'Allemand Knauf. Nous avons souhaité venir sur ce marché et l'accueil a été favorable. Notre gamme offre notamment des performances de résistance au feu jusqu'ici inégalées". Ce à la faveur d'un positionnement très axé sur l'innovation et d'une équipe R&D très investie. "C'est la clé de notre développement, puisque nous sommes, dans notre activité, un petit au milieu des gros. Nous figurons comme le Petit Poucet aux côtés de groupes tels que St Gobain ou Knauf"... Et cette expertise, Corstyrène sait la valoriser. C'est ainsi qu'elle a été sollicitée sur des chantiers emblématiques comme celui de la tour La Marseillaise, conçue par Jean Nouvel, pour définir le produit le plus adapté en termes de résistance au feu. Soit le Rockfibre RSD Eclat, un produit de la gamme Tecknofibre venant d'obtenir du Centre d'essais au feu une certification "coupe-feu 4 heures". On ne peut rêver meilleure carte de visite...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :