Le Parfum Citoyen veut défendre l'artisanat régional

 |   |  385  mots
(Crédits : DR)
Disrupter le marché de la parfumerie tout en valorisant les fournisseurs locaux, c'est la double mission que s'est auto-confiée la jeune entreprise basée à Nice. Qui entame une première levée de fonds via le crowdfunding.

Il y a d'abord la volonté de soutenir une filière artisanale liée au parfum, qui souffre des délocalisations notamment. Mais aussi d'adresser une génération Y qui - assure Adrien Gautier - ne se reconnaît pas dans "la façon dont on markete les produits, à renfort d'appel à des égéries". Ainsi est né Le Parfum Citoyen, une marque imaginée par un ex-spécialiste du recrutement, petit-fils de parfumeur. "Nous voulons exploiter une niche encore ignorée, celle qui se situe entre le parfum vendu en grande distribution et celui vendu en parfumerie haut-de-gamme. Entre les deux, aucune n'offre n'existe" souligne Adrien Gautier.

5 x 2

Depuis 18 mois, Le Parfum Citoyen affine son concept. Ses fragrances - très paritaires, 5 pour hommes, 5 pour femmes - sont davantage des "portraits olfactifs", de Geek Chic à la Princesse Rebelle, de la Femme enfant à l'Homme d'Affaires, des produits marketés en fonction de personnalités. "Nous apportons une touche de créativité", assure Adrien Gautier. Qui a donc établi un réseau de fournisseurs locaux. Les matières premières sont fournies par une entreprise de Grasse, la fabrication et le conditionnement sont effectués à Vallauris, les flacons et pompes sont originaires de Nice, le packaging de Grignan. Le design est réalisé par un prestataire également grassois. Les étiquettes sont dessinées par un spécialiste basé à Gémenos.

"La star c'est le produit" soutient Adrien Gautier qui veut proposer ses parfums - vrais produits de luxe dit-il - "au juste prix" et avec "zéro marketing", précisant que 25 % du prix d'un parfum de luxe correspond justement au coût engendré par le marketing.

Lancer la production

Néanmoins pour enclencher une phase de production, la jeune entreprise recherche monnaie sonnante et trébuchante. D'où une campagne de crowdfunding lancée sur la plateforme Ulule.fr. Adrien Gautier espère ainsi susciter 100 commandes ce qui permettrait le lancement d'une première production. "Nos ambitions sont grandes" et l'objectif posé est de 2 000 pièces réalisées pour la première année, ce qui équivaudrait à un chiffre d'affaires de 50 000 euros pour le premier exercice. La distribution se ferait ainsi dans les grands magasins, les concept-store haut de gamme ou axé Made in France. "L'idée est d'avoir une croissance rapide" précise Adrien Gautier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :