Pourquoi CMA CGM rachète Mercosul Line

 |   |  310  mots
(Crédits : DR)
L'armateur installé à Marseille devrait acquérir la compagnie brésilienne à la fin de l'année. Un rachat fait à l'un de ses concurrents, Maersk, qui devrait renforcer sa présence en Amérique du Sud, un secteur géographique essentiel dans le plan stratégique.

Pour l'heure tout est au conditionnel, en attente du oui des instances réglementaires brésiliennes et de la finalisation de la transaction entre Maersk et Hambürg Sud.

Mais si tout se passe comme envisagé, l'accord ferme entre la compagnie maritime française et l'entreprise originaire du Danemark devrait permettre d'ici fin 2017, voire début 2018 la concrétisation réelle de ce changement de main.

Mercosul Line est en effet passé dans le giron de Maersk en 2006. Si l'armateur danois cède la compagnie brésilienne, c'est suite à la demande des autorités de la concurrence de se séparer de certains actifs, après l'annonce faite en décembre dernier du rachat du n°7 mondial, l'allemand Hamburg Süd.

Pour CMA CGM, et ce même si il s'agit d'une compagnie intra-brésilienne, l'arrivée de Mercosul Line dans son giron est une façon de se renforcer dans une zone géographique considérée par Rodolphe Saadé lui-même comme "à fort potentiel". L'Amérique Latine représente sur le premier trimestre 10 % des volumes réalisés par CMA CGM.

Et clairement, être actif dans cette partie du globe permet à la fois d'être raccord avec le plan stratégique de développement tout en allongeant la chaîne logistique et en renforçant la politique d'offre porte-à-porte.

Comprenant 4 bateaux, Mercosul Line emploie 250 personnes dont 160 navigants. Elle a réalisé en 2016 un chiffre d'affaires de 128 M$.

Avec 29 000 employés dans le monde, CMA CGM, dirigée par Rodolphe Saadé se veut très en pointe sur l'innovation et poursuit son investissement dans les startups de la région, une façon de rester en alerte sur ce que les nouvelles technologies peuvent apporter au secteur du transport maritime. Ce qui est un autre vecteur de développement, face à un marché où la concentration s'accélère.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :