Comment Solusquare maintient ses efforts en innovation

 |   |  507  mots
(Crédits : DR)
L'éditeur de solutions e-commerce, installé à Sophia-Antipolis, s'est très tôt positionné sur l'omnicanalité. Ce qui pousse la PME à un constant travail d'anticipation de l'évolution du marché.

Deux ans, c'est le temps de R&D nécessaire pour que la petite entreprise née en 2003 mette en place sa solution d'omnicanalité. Un travail de recherche et développement qui a surtout permis à Solusquare de très vite se différencier dans son secteur d'activité, l'entreprise co-fondée par Benoît Fazilleau, Géry Lermoyer et Sylvain Guémy revendiquant être le seul éditeur sur le marché mondial à proposer une solution permettant de créer un site marchant omnicanal en quelques semaines.

Solution "facile"

Car c'est bien grâce à son ERP capable d'intégrer toutes les problématiques liées à l'e-commerce - SEO, supply chain, CMS, marketing - qui positionne la PME sophipolitaine dès 2005 en avance de phase. Dès l'année suivante, elle engrange des clients tels Sephora, Armand Thierry, Darty, le groupe Beaumanoir, Xerox et Olympus (tous les deux pour l'Europe)...

"Ce sont nos solutions multi-pays, multi-devises, multi-taxation qui nous permettent de nous démarquer, là où nos concurrents n'adressent pas toutes les problématiques. Nous avons industrialisé toutes les tâches qui ne demandaient pas de savoir humain". Autre point fort de Solusqaure, le digital in store. "Nous sommes capables d'équiper un point de vente éphémère, d'équiper un magasin et de faire "disparaître" la caisse, en permettant la caissière connectée", explique Benoît Fazilleau. "Tout cela ne nécessite aucun effort technologique pour le client". Surtout cette solution permet selon le président de la PME, des ventes additionnelles de l'ordre de 64 %. "Notre intérêt est que les utilisateurs de notre solutions vendent mieux. Aujourd'hui, le client veut être reconnu, qu'il achète en magasin ou sur Internet. Le cross canal, c'est fini, maintenant c'est l'omnicanalité qui prime".

Avance de phase

Pour conserver son avance technologique, Solusquare est en perpétuelle réflexion prospective. "Nous devons maintenir cette avance. Il y a trois ans nous avons modifié notre infrastructure technique en la rendant à tolérance de panne et en l'hébergeant dans un data Center Tier 4 donc à très haut niveau de disponibilité. C'est le datacenter d'Air France et de l'agence spatiale européenne. En 2011 nous avons créé une filiale dédiée à la gestion de la relation client qui permet de faire remonter le besoin du terrain. Nous échangeons avec les directions marketing, avec les DSI. Nous nous déplaçons en magasin... Tout cela autour d'une question simple : qu'est-ce qui vous simplifie la vie aujourd'hui ?". De quoi anticiper les usages de demain où "on ne paiera plus en caisse rapide mais avec son smartphone. Nous prévoyons déjà ce qui se passera dans deux ans. L'omnicanalité n'est pas un problème informatique, c'est un problème humain, l'informatique n'est qu'un outil". De cette projection toujours plus en avant, Solusquare compte en voir les effets aussi sur son chiffre d'affaires. Etabli à 2 M€, il devrait être multiplié par 5 d'ici les 3 prochaines années selon les vœux de ses dirigeants. La PME emploie 30 personnes "à parité totale", précise Benoît Fazilleau.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :