Alexandre Corjon : "L'automobile est une industrie orientée produit"

 |   |  639  mots
(Crédits : DR)
La reprise des compétences d'Intel à Sophia-Antipolis se révèle majeure pour Renault Software Labs. Car l'enjeu est multiple, les défis aussi, comme l'explique son président, également vice-président Alliance Global.

L'arrivée de Renault à Sophia-Antipolis c'est forcément une belle histoire dans ce que la reprise des activités logiciel embarqué d'Intel représente comme acquisition stratégique de compétences, tout autant qu'elle sauve par ailleurs 161 emplois exactement. Alexandre Corjon l'a dit lors d'un entretien accordé à La Tribune, l'opportunité était double - elle s'est présentée certes mais elle relève aussi d'un choix de rester sur la technopole sophipolitaine, là où il aurait peut-être pu être question de rassembler les équipes qui travaillent sur le véhicule autonome en un seul et même site.

Projet industriel

"Nous avons un vrai projet industriel" disent d'ailleurs en cœur Alexandre Corjon, président de Renault Software Labs, Thierry Cammal son DG et Bruno Bocaert, responsable du site sophipolitain.

Et de revenir sur la genèse de la belle histoire justement, révélant que lorsque le plan de reprise a été présenté en octobre 2015, cela n'était pas gagné d'avance, qu'il y a eu beaucoup de réunions techniques pour juger et jauger des compétences et des qualités des équipes. Lesquelles ont donc convaincu le PDG de la marque au losange himself, Carlos Ghosn. Mais pour le constructeur français aussi, le fait d'avoir été sollicité sonnait comme une reconnaissance. Car "Renault n'est pas forcément associé à la haute technologie" reconnaît Alexandre Corjon.

Dans la corbeille de mariée il y avait Sophia-Antipolis, mais il y avait aussi Toulouse. La capitale de l'Occitanie se voit impliquée dans les connected services quand le parc azuréen phosphore sur l'aide à la conduite et le véhicule autonome.

Industrie mutante

"L'automobile vit une mutation. C'est une industrie orientée produit dans un contexte de société qui a de fortes préoccupations environnementales" souligne Alexandre Corjon. "La complexité technique (qui concerne le véhicule autonome NDLR) est plus grande que lors de l'apparition de l'électronique dans l'automobile. Derrière les notions techniques, il y a une forte modification de l'expérience client. Le véhicule autonome demain sera adapté à l'usager qui l'utilisera. Nous voyons apparaître de nouveaux entrants". Une façon de faire référence aux GAFA, les Google, Facebook, Apple, "qui forcent à une nouvelle dynamique". Mais en même temps, Alexandre Corjon précise aussi que ne va pas sur route qui veut car les compétences nécessaires sont multiples, et si l'on focalise souvent sur le moteur, le châssis est tout autant une compétence à maîtriser. Le président de Renault Software Labs rappelant que si Tesla a fait l'acquisition de plusieurs usines automobiles aux Etats-Unis, ce n'est pas par hasard...

Le logiciel au centre

"La valeur ajoutée se déplace clairement vers le logiciel" dit le patron de la filiale R&D du constructeur français. 90 % des innovations étant en train d'être développées reposent d'ailleurs sur le logiciel. "L'un des challenges du véhicule autonome est de savoir où il est sur la route", rajoute Alexandre Corjon. Qui promet de détailler dans les prochains mois les collaborations étroites nouées avec l'écosystème local, notamment l'INRIA et les laboratoires Leat et I3S. Car la compétence locale compte énormément. C'est même l'une des meilleures façons de faire un véhicule adapté aux usages des pays où il roulera. Hormis Sophia-Antipolis et Toulouse, qui constituent les deux pôles de Renault Software Labs, les compétences sur le véhicule de demain sont aussi développées en Inde, en Chine, en Corée, aux Etats-Unis (Santa-Clara et Détroit) et en Roumanie. Quant à s'arrêter en si bon chemin, il n'en n'est bien sûr pas question. Renault Software Labs devrait poursuivre sa route via de la croissance externe, sans doute d'abord à l'étranger.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :