Comment Histovery digitalise le patrimoine culturel

 |   |  603  mots
(Crédits : DR)
La startup, membre de la French Tech Culture basée à Avignon, a développé une solution s'appuyant sur la réalité augmentée afin de plonger virtuellement dans l'histoire des monuments. Après la Conciergerie ou le domaine de Chambord, c'est au tour du Palais des Papes.

La principale promesse, c'est de "faire un voyage dans le temps", dit Bruno de sa Moreira, le co-fondateur de l'entreprise née en 2014, qui s'est spécialisée dans la visite digitalisée et augmentée des monuments patrimoniaux. Une visite qui se pratique, HistoPad à la main et casque sur les oreilles, pour plonger dans l'Histoire de ces lieux uniques. C'est après un premier test réalisé en 2013 avec succès qu'Histovery voit le jour, persuadée que la réalité augmentée a tous les avantages pour "transformer l'expérience du visiteur" dit Bruno de sa Moreira. "L'HistoPad offre la possibilité de voir le passé disparu, de voyager dans le temps et cela de façon immersive, en étant téléporté à une époque révolue. L'invisible, cela peut être aussi ce qui n'est pas accessible comme une pièce, un bureau, un tiroir. Cela réveille plusieurs options. Le visiteur à l'impression de posséder les clés du château".

Le pari de l'engagement

Ça, c'est pour le résultat. Mais en amont, le travail est conséquent. Car plonger dans l'Histoire requiert de s'adresser à des spécialistes de l'époque revisitée. Ce qui exige de constituer un comité scientifique, composé de personnalités idoines. Un comité "souverain", dit Bruno de sa Moreira qui valide absolument tout pixel projeté à l'écran. "Nous sommes capables de mettre autour de la table le monde de l'Histoire et celui du numérique, du jeu vidéo et de la 3D". Car l'HistoPad permet aussi de dialoguer avec le visible, d'interroger les œuvres d'art ou un instrument de musique. "Nous donnons au visiteur ce qui l'implique et l'engage". L'engagement c'est justement une source d'attractivité des musées selon Bruno de sa Moreira qui indique qu'aux Etats-Unis, les musées disposent d'un nouveau venu, le Chief Engagement Officer.

Données

Basé sur la technologie Huawei, l'HistoPad fonctionne via bluetooth et balises disposées dans le bâtiment, une façon non intrusive de permettre la géolocalisation. "Nous fournissons la flotte, les armoires de rangement, les périphériques, nous intégrons l'ensemble des savoir-faire", indique Bruno de sa Moreira. Néanmoins, l'HistoPad est encore plus malin puisque, une fois revenu à l'accueil, il est connecté afin de récupérer les données engrangées. "Cela permet de générer des statistiques et de comprendre le comportement du visiteur", comme le temps de présence dans les salles du bâtiment par exemple.

Côté business modèle, Histovery prend en charge la totalité du financement et se place dans un schéma de concession. Soit l'HistoPad est proposé en plus de la visite et son prix est distinct de celui de l'entrée, ce qui fait reposer la rentabilité sur le taux de prise en main. Soit son coût est intégré dans le prix d'entrée ce qui "permet une politique d'accessibilité pour tous".

International

Bien qu'ayant réalisé 6 sites en 4 ans et alors que 4 projets - tous français - sont programmés pour l'année à venir, Histovery - qui accélère donc - se trouve confrontée à des temps de décision qu'elle considère comme lents et qui freinent son développement. D'où la décision d'aller à l'international. Deux projets sont en discussion, l'un aux Etats-Unis, l'autre en Europe centrale. "Nous trouvons que notre développement n'est pas assez rapide en France", dit Bruno de sa Moreira. L'export sera peut-être plus réactif pour celle qui emploie 15 salariés dont 5 ingénieurs et réalise un chiffre d'affaires de 600 000 euros, doublé en une année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :