Levées de fonds : objectif licornes ?

 |   |  527  mots
(Crédits : © XXSTRINGERXX xxxxx / Reuters)
Si lever est quasiment devenu un synonyme de réussite entreprenariale, prendre la température des tours de table réalisés c'est aussi mesurer l'appétence des investisseurs. Le baromètre publié par In Extenso Innovation Croissance, basé à Sophia-Antipolis pointe un comportement satisfaisant. Suffisant pour permettre aux entreprises d'atteindre la taille critique ?

2017 devrait être un bon crû. C'est tout au moins ce que laissent supposer au regard  des trois premiers trimestres de l'année, le baromètre publié par In Extenso Innovation Croissance. Une période qui s'est révélée propice aux tours de tables, certes moins nombreux (-5 %) mais plus importants en terme de valeur puisque le montant des transactions augmente de 15 %, à 2,025 Mds € en regard de 1,761 Mds € en 2016. Le ticket le plus pratiqué, se situe, entre 1 à 2,5 M€ et représente 35 % des deals conclus.

Quelques données accolées les unes aux autres qui comparées à celles de 2016 attestent d'un dynamisme meilleur en 2017 puisque la somme des tours de tables concrétisés au cours des neuf premiers mois est plus importante que l'ensemble de ceux concrétisés en 2016.

Sans grande surprise, c'est le secteur du digital qui draine davantage l'appétence des investisseurs, même si on note que sciences de l'ingénieur et life science sont des secteurs qui deviennent davantage attractifs avec des levées en notable progression en 2017.

Prise de poids

Parmi les levées les plus remarquables, ManoMano (achat en ligne de bricolage, rénovation, jardinage), Vestiaire Collective (dépôt vente d'occasion, de luxe), Actility (IoT) ou encore Ivalua (gestion des achats en entreprise) démontrent de la capacité des entreprises françaises matures et innovantes à prendre du poids.

Car c'est bien là, l'enjeu : comment créer des licornes ?

Patricia Braun, associée et présidente d'In Extenso Innovation Croissance, le pointe : "Avec 7 levées de fonds de plus de 50 M€, la tendance est positive encourageante, mais reste à confirmer". Elle est surtout essentielle pour faire prendre du poids aux entreprises capables de devenir locomtives.

On constate néanmoins un phénomène qui tend à prouver que l'innovation ne fait plus (moins ?) peur aux investisseurs, les levées de fonds se réalisent de plus en plus tôt, notamment en amorçage. "On constate une diversification des investissements sur cette phase", souligne Patricia Braun avec un ticket moyen de 3,6 M€ pour 146 levées et 537 M€ réunis.

Encourageant, donc, mais il va falloir confirmer vraiment sur les trois derniers mois qui vont mener à 2018. On sait la fin d'année être une période plutôt propice à la conclusion de levées. Elle sera donc observée avec intérêt et analysée.

PACA sur le podium

Si l'Île-de-France s'arroge bien logiquement le monopole des investissements (1,4 Mds € pour 223 levées), Provence Alpes Côte d'Azur monte sur la deuxième place du podium avec 130 M€ pour 23 levées, ce qui tend à conforter le bon comportement des entreprises innovantes des zones d'Aix-Marseille comme de Sophia-Antipolis et Nice. Les secteurs regardés sont équivalents à ceux qui portent le territoire régional, le logiciel et internet à égalité à 37 % des levées mais aussi les sciences du vivant à 18 %. Platinium Group (35 M€), Imcheck Therapeutics et Linxo (20 M€ respectivement) ou encore Vulog (17,5 M€) sont les pépites qui permettent à PACA de se distinguer.

Décalage surprenant en revanche du côté d'Auvergne-Rhône-Alpes, 2ème région considérée comme la plus riche de France, qui ne représente que 4,1 % du total des levées nationales.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :