La belge Euranova essaime à Marseille

 |   |  663  mots
(Crédits : cc)
Le spécialiste belge du big data et du machine learning a choisit la cité phocéenne pour sa filiale française. Il entend se rapprocher du monde académique tout en apportant son expertise aux entreprises.

Si l'entreprise belge a décidé de dupliquer son modèle à Marseille, c'est pour un faisceau de raisons. Spécialiste du big data et du machine learning, elle s'est installée depuis peu au sein de Marseille Innovation, dans les locaux de l'Hôtel Technologique. Thomas Peel, le responsable de cette pépite, repérée sur le Plat Pays par Business France et accompagnée sur le territoire par Provence Promotion, évoque ainsi les nombreux arguments qui ont joué en faveur de cette implantation. "Je voulais revenir en France pour raisons personnelles et j'en ai donc émis la possibilité. Cela faisait deux ans que je travaillais pour Euranova, les dirigeants avaient confiance en moi et dans le bien-fondé de cette démarche".

Offre non comblée

L'idée, en venant à Marseille était de se rapprocher du Laboratoire informatique fondamentale, de renforcer les collaborations avec le monde académique. "D'autant que l'un de nos collaborateurs in situ a réalisé sa thèse sur le machine learning à Marseille dans ce même laboratoire. C'était donc une recrue toute prête, permettant de nouer des liens et de cultiver notre positionnement, qui se situe à l'interface entre consulting et recherche. Enfin, l'argument économique a également plaidé en la faveur de cette implantation : en faisant une rapide étude de marché, nous avons déduit qu'il n'y avait pas d'autre entreprise avec le même positionnement de service que nous sur le territoire". Sans compter l'environnement économique, la présence de data centers qui peuvent également permettre d'opérer facilement des connexions. "Nous sommes déjà en contact avec l'équipe du bio-accélérateur biotechs On[e]Life  et sommes devenus leur partenaire sur les thématiques machine learning", avance d'ailleurs Thomas Peel.

Positionnés sur le prédictif

Prévue pour être exclusivement un centre de R&D, la filiale devait surtout se rapprocher du monde académique afin d'encadrer des stagiaires recherche, d'autant que les liens avec le laboratoire d'informatique fondamentale étaient donc noués de longue date. Mais elle fonctionne finalement sur le même modèle que l'entreprise belge, puisqu'elle développe elle aussi tout une partie consulting, qui lui permet de réaliser la plus grande partie de son chiffre d'affaires (75 % de son activité). Et la filiale en génère déjà suffisamment pour être à l'équilibre. "Toute la R&D n'a donc pas été délocalisée à Marseille. En Belgique, il reste des compétences plus orientées big data, tandis qu'ici, il s'agit plutôt de machine learning".

Adresser les entreprises

Concrètement, concernant le consulting, Euranova fournit des services d'aide à l'innovation et œuvre pour des entreprises qui doivent résoudre des problématiques au moyen de la data. "Par exemple en Belgique, nous avons travaillé avec un aéroport et exploité leurs bases de données historiques en termes de flux passagers. Ce pour déterminer à quel moment il était le plus important aux portiques de sécurité, afin de leur permettre de gagner en efficacité dans le traitement de ces flux. En fait, notre rôle est de penser des systèmes intelligents pour des tâches de prédiction". Un type de service  qui peut donc intéresser tous secteurs de l'économie. "Ce peut être le bancaire, les assurances... Ou encore l'industrie, puisque nous pouvons prédire par exemple s'il y a besoin de maintenance et à quel moment, afin d'éviter que les machines ne tombent en panne". Actuellement, Euranova travaille avec S4M, une plateforme de publicité pour mobile parisienne qui a racheté localement l'entreprise Netdagde. Sa mission : jauger aux clics de la qualité d'un emplacement publicitaire. "Outre ce contrat, nous sommes en contact avec quelques grandes entreprises de la région, comme par exemple le groupe Bourbon. Nous avons également eu de premiers échanges avec le département innovation d'Airbus Helicopters". Nul doute que diversité sectorielle du territoire provençal oblige, le terrain de jeu d'Euranova devrait être vaste.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :