Comment Novamap entreprend sa diversification

 |   |  776  mots
(Crédits : DR)
L’entreprise basée à Marseille a su concevoir une brique technologique à même de tracer toutes les opérations liées à la vie d’un bâtiment. Sa solution avait jusqu’ici séduit le monde des bailleurs sociaux, elle entend aujourd’hui frapper à de nouvelles portes.

Cette plateforme numérique destinée à la gestion des actions opérationnelles du patrimoine a su s'attirer les faveurs d'une quarantaine de bailleurs sociaux, dont certains offices HLM basés notamment à Paris, Lyon, Rennes ou Toulouse. Son nom, c'est Novamap, conçue par l'entreprise marseillaise éponyme. Brique technologique complémentaire aux solutions type ERP, "elle vise trois types d'actions. Tout d'abord, la gestion technique des bâtiments, qui comprend la surveillance de l'état des ouvrages, les prévisions de travaux si besoin, le remplacement de ce qui est défectueux... Elle se positionne en deuxième lieu sur la qualité des services rendus aux usagers, dans des domaines tels que la propreté ou l'entretien. Enfin elle est également utile lors de la réception d'ouvrages neufs ou réhabilités, notamment dans l'émission des réserves de réception au moment où lesdits ouvrages passent entre les mains du propriétaire", explique William Allemand, le président de l'entreprise.

Modèle économique à triple détente

C'est parce qu'il a rencontré des difficultés dans l'exercice de ses fonctions de directeur général adjoint au sein d'un office de HLM que ce dernier a émis l'idée d'un outil numérique à même d'aider ses pairs. "Le développement a commencé à la création de Novamap, fin 2012. Il s'agit d'une solution SAS, elle comprend près d'un million de lignes de codes en termes d'actions", précise Thibaut Delepine, directeur R&D. Développement plutôt rapide malgré tout, puisque la solution est mise sur le marché en février 2013... Ce en visant plusieurs cibles, les hôpitaux, Ehpad, collectivités... et donc bailleurs sociaux, ces derniers représentant 80 % du chiffre d'affaires. "Soit une quarantaine d'organismes HLM clients et près de 1 000 utilisateurs mobiles. Nous sommes présents dans 9 régions", reprend William Allemand.

Le modèle économique, quant à lui, repose sur trois sources de revenus. 50 % du chiffre d'affaires est généré par les abonnements en SAS, 25 % par du développement spécifique pour certains clients, et les 25 % restant par de la conduite de changement, du management de projet. "Car ce que l'on propose, ce n'est pas une solution de remplacement, mais une brique technologique nouvelle. Il s'agit d'une forme de rupture qui amène de nouveaux modes de travail. L'organisation de l'entreprise évolue forcément, les métiers, les procédures changent aussi...." D'où la nécessité d'accompagner le client. Bref, un modèle à triple détente qui fait visiblement ses preuves, puisque Novamap double son chiffre d'affaires chaque année depuis sa création. "Nos prévisions pour 2017 sont de l'ordre de 1M€, alors que nous avions enregistré un chiffre de 530 000 € en 2016. Nous commençons chaque année avec la valeur du chiffre d'affaires de l'année écoulée déjà signée dans le carnet de commandes. A ce jour, nous avons déjà contractualisé 800 000 euros pour 2018", appuie William Allemand.

Europe du Nord et pays anglo-saxons

Reste à trouver de nouveaux relais de croissance pour poursuivre à ce rythme avec de tels chiffres. Mais l'équipe de Novamap œuvre d'ores et déjà à sa diversification : "nous avons identifié plusieurs pistes, reste à savoir à laquelle nous allons donner la priorité. C'est actuellement en cours de discussion", avance Frédéric Clermont, directeur commercial et services. Deux options ont été pour l'heure mises à jour : "soit nous restons positionnés pour l'instant sur le logement social, mais en partant en offensive à l'export. Nous viserions alors l'Europe du Nord et les pays anglo-saxons", développe encore Frédéric Clermont. Les premiers parce qu'ils possèdent un parc conséquent de logements sociaux et une culture commune à celle de la France en la matière. Les seconds parce qu'on y constate davantage une acculturation aux solutions numériques, le meilleur outil y est recherché de façon naturelle. Or, aucune solution pour l'heure n'est aussi puissante que celle de Novamap, estime l'équipe. "Seconde piste, laisser pour le moment la priorité au territoire français, mais diversifier les cibles. Et on partirait donc à l'export dans un second temps", complète le directeur commercial et services. Novamap pourrait ainsi courtiser le privé (logement, construction et promotion). Mais aussi, transférer les fonctionnalités de sa solution vers d'autres secteurs où l'on retrouve ce besoin de traçabilité entre les agents de terrain et ceux qui pilotent. "Plusieurs pourraient s'y prêter, par exemple l'agriculture. Puisque finalement, l'intérêt de Novamap, c'est de permettre aux collaborateurs, quel que soit le domaine d'activité, de ne pas perdre de temps dans les comptes rendus papier et de se concentrer sur leur cœur de métier", conclut William Allemand.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :