Comment SefaireAider prend du poids

 |   |  724  mots
(Crédits : DR)
La plateforme installée dans le Var multiplie le nombre de ses inscrits, professionnels et particuliers, à la faveur d’une stratégie étudiée. Elle est par ailleurs entrée au capital d’HelloArtisan pour renforcer son influence dans l’un des secteurs où elle compte le plus de demandes, les travaux en bâtiment.

L'entreprise de mise en relation des professionnels du service à domicile et des particuliers construit pas à pas sa stratégie. Se faire aider (SFA) avait déjà levé 4,7 M€ en 2016, une somme qui lui a permis de décliner son offre dans une version mobile, mais pas seulement. "Nous l'avons également employé en dépenses marketing et commerciales, dans le but de grossir notamment le nombre de professionnels inscrits", précise le directeur, Gilles Gallico. Aujourd'hui, SFA compte 650 000 professionnels partout en France, spécialistes de 300 métiers. Pour rappel, la PME a opté pour un modèle économique divergent de ce qui peut se pratiquer sur le Net, en termes de mise en relation : "nous n'avons pas opté pour le système de la commission sur les prestations réalisées, mais plutôt pour la vente d'abonnements aux professionnels. Cela peut aller de 10 à 100 euros par mois en fonction de la couverture et de la mise en visibilité choisies par ce dernier". C'est donc dans le démarchage de ces professionnels qu'elle s'est investie depuis un an, mais elle entend aussi toucher le particulier et multiplier le nombre d'utilisateurs.

"Nous avons plusieurs sources de trafic : le référencement naturel, le trafic direct dû à notre notoriété et l'assignation via partenariats. C'est ce dernier axe que nous souhaitons développer à l'avenir. Nous recherchons des sites internet qui seraient propices à relayer les demandes de service de particuliers et de les amener vers nous. Le terrain de jeu est vaste, cela peut aller tout autant de la maman blogueuse qui évoque son quotidien, répond aux besoins de ses lecteurs en termes de service tels que la garde d'enfants, l'aide aux devoirs... que des sites ou des forums spécialisés, par exemple dans le bricolage", détaille encore Gilles Gallico.

Aujourd'hui, SFA compte 300 000 visiteurs uniques par mois et 10 000 par jour.

Approche qualitative

Outre cette offensive marketing et commerciale, SFA vient d'entrer au capital d'une autre plateforme de mise en relation. Il s'agit de la parisienne HelloArtisan, qui a finalisé une levée de fonds de 500 000€. Il faut dire que ces deux-là parlent un peu le même langage : des fonctionnements et des modèles économiques similaires, une même transparence offerte aux particuliers quant au profil des professionnels inscrits... Ce qui aide forcément au rapprochement. Mais à côté de cela, chacune a beaucoup à apporter à l'autre, comme on l'explique dans les deux entreprises. "Hello Artisan est positionnée sur une approche plus qualitative, ce dans le secteur qui marche le mieux sur SFA, à savoir les travaux et le bâtiment", analyse Gilles Gallico. Ce que corrobore François Sorbier, directeur commercial de l'entreprise parisienne. "Avant d'inscrire un professionnel sur notre site, nous vérifions tout, les informations d'ordre juridique, sa capacité financière, l'assurance décennale, nous demandons des photos des dernières réalisations..."

Mettre en œuvre les synergies

Et les fonds levés vont lui permettre de mettre en œuvre de nouvelles fonctionnalités de service. "Nous voudrions notamment sécuriser le paiement de l'acompte en ligne, qui se débloquerait sept ou dix jours avant le début du chantier. Et unifier aussi les formes de devis, pour un plus de transparence. Un devis, c'est près de dix pages, mais d'un prestataire à l'autre, ils ne sont pas construits de la même façon. Difficile donc d'établir un comparatif pour le particulier..." Des innovations qui bénéficieraient forcément à SFA, laquelle, de son côté, met à disposition de la Parisienne son fichier de professionnels afin qu'elle étoffe le sien, toujours à la faveur de la même sélection drastique. Car c'est bien de cela qu'il est question : "mettre en œuvre les synergies. HelloArtisan est ancré régionalement, ses 4 500 professionnels sont surtout implantés en l'Ile-de-France. Elle va donc pouvoir à présent rayonner au niveau national", reprend Gilles Gallico. Objectif, pour cette dernière : sélectionner près de 400 nouveaux artisans en PACA, avant de s'attaquer à la région Rhône-Alpes. L'idée finale n'étant pas tant de déporter toute l'activité bâtiment sur HelloArtisan, mais plutôt "de proposer nos services aux particuliers quand il s'agit d'un chantier de rénovation important, ou encore quand ces derniers n'ont pas trouvé ce qu'ils recherchaient sur SFA", conclut François Sorbier. Un mariage de raison mûrement réfléchi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :