Le modèle à contre-courant de Plus de Bornes

 |   |  606  mots
(Crédits : Reuters)
L’entreprise opératrice de bornes de recharge basée à La Croix-Valmer croit à son positionnement, permettant aux collectivités locales d’économiser leurs deniers. Et pour se déployer, elle vient de finaliser une levée de fonds.

La start-up native du golfe de St Tropez, spécialisée dans l'implantation, l'entretien et le dépannage de bornes de recharge connectées, supervisées informatiquement 24h/24, ne manque pas d'énergie. Pour preuve, après le projet de borne alimentée à 100% par la biomasse mené conjointement avec Mini Green Power et Enogia, Plus de Bornes vient de créer une nouvelle filiale nommée Zecharge. "Pour notre activité principale, nous avons développé certains outils ciblés connectique et au travers de cette filiale, nous permettons à nos clients de les utiliser. Il s'agit d'activités partagées avec notre partenaire, Borne Recharge Service", explique le président Romain Vincent. Dans ce cadre, l'entreprise vient de signer un premier contrat avec un grand compte du monde de l'automobile. "Nous allons devenir en quelque sorte la tour de contrôle de leur réseau de bornes".

Notion de services

Par ailleurs, l'entreprise vient également de boucler une levée de fonds pour mettre un coup d'accélérateur à sa stratégie. "Il faut savoir que Plus de bornes fonctionne selon un modèle économique différent de ce qui se pratique habituellement. En principe, la collectivité achète les bornes et multiplie les marchés publics pour leur exploitation, leur entretien... Or, c'est pour elles un gouffre financier".

La jeune pousse varoise a donc choisi de se positionner à contre courant de cette tendance. Car Plus de Bornes ne cherche pas, quant à elle, à vendre du matériel aux collectivités. "Nous restons propriétaires de nos bornes et nous nous implantons après accord de la collectivité sur des emplacements publics, selon le dispositif de l'AOT, ou autorisation d'occupation temporaire. Les utilisateurs paient lorsqu'ils se connectent à la borne pour recharger leur voiture. Il y a un coût de service, on se rémunère là-dessus. Le maître mot de notre façon de fonctionner, c'est donc l'autonomie..."

Pour l'heure, l'impératif, c'est de prouver la pertinence de ce business model. "Mais si nous y parvenons, nous sommes persuadés que c'est celui-ci qui va perdurer à long terme et éclipser les autres, d'autant que nous connaissons actuellement un contexte de baisse de dotations aux collectivités".

20 000 bornes en 2025

Un système qui pour l'instant représente une part marginale de son chiffre d'affaires, basé aujourd'hui plus essentiellement sur sa boutique en ligne d'accessoires ainsi que sur ses activités de consulting et d'expertise, mais c'est sur l'accroissement de ce réseau propre à l'entreprise que Plus de Bornes mise dans les années à venir. "En règle générale, nous avons plutôt bon accueil lorsque l'on explique aux collectivités notre façon de fonctionner". Effectivement, il a déjà convaincu les Villes de Saint-Tropez, Grimaud, La Croix-Valmer, Cavalaire, Lourmarin ou Sospel... La levée de fonds va permettre de passer à la cadence supérieure en matière de déploiement, avec le recrutement d'au moins un chargé d'affaires. L'objectif étant de passer de 15 à 100 bornes en réseau propre d'ici fin 2018, ce qui représenterait 200 points de recharge (et de gérer par ailleurs près de 2000 bornes pour des tiers, par le biais notamment de leur nouvelle filiale). D'ici 2025, Romain Vincent vise 20 000 bornes en propre, et 100 M€ de chiffre d'affaires. Pour un déploiement en PACA et éventuellement Rhône-Alpes, besoin de proximité oblige pour l'entretien et l'exploitation du réseau. "Notre modèle économique est très serré, nous limitons pour l'heure les frais de transport, d'hébergement, de création d'éventuelles agences. Pour l'instant, nous gardons une logique territoriale, cela pourra évoluer en fonction de la vitesse du déploiement".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :