L’Etoile bleue veut relancer l'économie du cabaret

 |   |  420  mots
(Crédits : DR)
Parce qu'il n'existe plus d'offre originale à Marseille, le projet de ce cabaret maritime a émergé. Pensé en mode startup, il espère surtout pouvoir s'ancrer durablement dans le territoire.

Il a longtemps chorégraphié pour les autres. Danseur professionnel formé à l'école cannoise Rosella Hightower, puis au Ballet national de Marseille, Manoah Michelot passe aujourd'hui du côté de la réalisation entreprenariale. L'idée lui vient lors d'une visite dans la cité phocéenne, où il fait le constat du manque de cabaret. "L'idée de cabaret maritime, compte tenu de l'environnement, est venue assez vite", explique-t-il. Plus concrètement, il s'agit de proposer sur la scène du M7 à Marseille, une croisière autour du monde, au grès de six tableaux faisant la part belle aux continents du globe : le Japon au temps des Geisha, les Etats-Unis de la prohibition, l'Afrique Australe... ou encore, forcément, l'emblématique Canebière, afin de garder l'ancrage local. Le paquebot croisera aussi sur sa route deux créatures magiques, la mystérieuse sirène et le prince du printemps... Soit sur scène, au total, une troupe de quatre danseuses, deux danseurs, une meneuse de revue, une artiste contorsionniste, un équilibriste... sans compter les métiers techniques, notamment le plumassier et la costumière, qui ont réalisé 64 tenues. Le spectacle dans sa globalité nécessitant 30 000€ d'investissement.

Appel aux investisseurs

La philosophie de l'Etoile bleue, quant à elle, est raccord avec ce concept de cabaret maritime : il s'agir d'être novateur et de réveiller le genre afin de prendre une place et des parts de marché dans l'économie de la culture. "Cela passe par les types de costumes, la musique, le style de chorégraphie, la décoration..."

Reste à savoir si le spectacle maritime de Manoah Michelot dépassera la simple vitesse de croisière. C'est un impératif pour passer à l'étape supérieure, c'est-à-dire à l'acquisition d'un lieu fixe, afin de proposer ses prestations à l'année. Quel que soit le lieu, le futur investissement se chiffre à près de 250 000 €. "A l'issue de ces trente dates, nous solliciterons des investisseurs dans ce but". Les trois prochains mois sont donc vitaux pour valider le business-modèle de l'Etoile Bleue.

Les grands groupes ont été afin d'intégrer le cabaret marseillais comme spectacle de fin d'année, un office de tourisme l'a d'ores et déjà catalogué dans son listing... A l'heure où la culture est à nouveau un axe revendiqué de développement et d'attractivité pour Marseille notamment via MP 2018 Quel Amour ! toutes les initiatives qui s'inscrivent dans cette volonté contribuent à positionner la cité phocéenne comme une ville référence. Et c'est bon pour l'économie aussi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :