Comment My Marius vise le service aux parents

 |   |  621  mots
(Crédits : DR)
Parent parfait et fêtard invétéré, est-ce antinomique ? Pas forcément, si l’on en croit Céline Pernod. qui a décidé, à travers sa plateforme, de proposer des solutions à même de concilier soins pour ses rejetons et temps pour soi.

Comment faire une entrée irréprochable dans le monde de la parentalité tout en gardant du temps pour soi, surtout lorsqu'on a cultivé de longue date des réflexes d'épicurien ? Céline Pernod s'est ingéniée à trouver la solution à cette délicate équation. Et celle-ci tient dans la création d'une start-up, My Marius - gagnant les honneurs de la dernière Spartan Republic Week, à la première place -, ainsi que d'une plateforme éponyme proposant aux parents des tout-petits des services à même de préserver leur liberté de "kiffer", selon le terme fétiche de sa fondatrice. Un maître mot : "je ne suis pas encore maman et j'ai toujours vécu à 200 à l'heure. J'aime les sorties, je suis sportive... Et j'ai toujours angoissé à l'idée de renoncer à ce mode de vie-là une fois passée dans le monde des parents. Bref, où trouver son équilibre entre les loisirs, la carrière, le couple, sa vie de femme et celle de mère ? C'est pour moi une vraie question".

Parallèlement à ses réflexions, Céline Pernod caressait l'envie d'entreprendre, tout en cultivant une attirance pour l'innovation. Quoi de plus naturel de concilier tout cela pour mettre le cap vers la planète Marius...

Décollage imminent

Car le concept, c'est celui-là : proposer des produits et des services, à savoir des "fusées" menant à cette fameuse planète, "où il est facile d'être parent et d'être libre". Et la première, "Kis 1", devrait décoller prochainement. "Il s'agit d'un service de couches lavables, louées, collectées, lavées et livrées une fois ou deux par semaine, chez soi, en crèche ou dans un point relais identifié. Nous nous sommes attaqués à la chaîne des devoirs les moins glamours des parents avec ce premier service, dans l'idée de leur redonner, déjà ici, de la tranquillité d'esprit". Finie en effet la nébuleuse de désagréments liée à la question, qu'il s'agisse de courses volumineuses ou de poubelles malodorantes... "Le mode d'emploi, c'est de s'inscrire en quelques clics et de choisir le mode d'abonnement, puisque nous avons décliné trois offres, selon si le bébé est gardé chez lui, en crèche ou si les parents souhaitent que les couches soient dédiées exclusivement à leur enfant. Nous sommes pour l'heure en train de mettre en place la question logistique, l'identification de la chaîne de professionnels qui se chargera du lavage. Il s'agira d'Esat (Etablissement et service d'aide par le travail NDLR) ou de blanchisseries œuvrant dans le respect de l'environnement".

Un test démarre d'ores et déjà auprès de trois familles marseillaise, de typologies différentes. Le but : avoir du feed back et améliorer les process. "Nous visons un lancement du service à Noël à Marseille, puis à Aix-en-Provence au cours du deuxième semestre 2018".

Elargir la cible ?

Aujourd'hui les couches, demain peut-être les petits pots bio. Les idées ne demandent qu'à fuser... "On peut imaginer d'autres services pouvant s'agréger sur celui-ci. L'essentiel étant de concevoir un algorithme efficient d'optimisation de tournée". Puis l'équipage investira ensuite d'autres projets, en s'attaquant aux autres pierres dans la chaussure de papa/maman, "ce pour préserver l'équilibre du couple, aider à la gestion du planning familial"... Mais Céline Pernod garde pour l'heure le secret sur ces futurs services. Il va sans dire toutefois que les clés de la croissance passeront par leur diversification, éventuellement aussi par l'élargissement de la cible. "Nous visons aujourd'hui les 0-36 mois, mais l'idée est ensuite de pousser plus loin, puisque face aux enfants scolarisés, les parents éprouvent d'autres besoins, différents mais tout aussi cruciaux".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :