Fabrice Greffet : "El Khomri et taxation des contrats courts : les politiques n'appliquent pas les bons dosages"

 |   |  399  mots
(Crédits : Cyril Chauvin)
C'est le constat que dresse le président du Prism'Emploi PACA, qui voit dans la taxation des contrats courts un impôt déguisé. Et qui emploie la métaphore culinaire pour expliquer pourquoi la recette n'est pas bonne.

En quoi la taxation des contrats courts est-elle une vraie-fausse bonne solution ? Avec quelles conséquences ?

L'initiative partait d'un bon sentiment. Sauf que ce n'est pas parce que l'on taxe les CDD qu'il y aura davantage de CDI. Si le chef d'entreprise était sûr du lendemain, si les lois ne changeaient pas tous les matins, cela donnerait plus de facilité aux entreprises pour conclure des CDI. Au niveau de la branche de l'intérim, nous risquons d'être les plus taxés car la moyenne minimum d'un contrat est de 15 jours. Cependant, la nature ayant horreur du vide, certains trouveront des circonvolutions pour passer entre les mailles du filet...

Cela va-t-il peser sur les embauches des secteurs qui ont recours à l'intérim de manière récurrente ?

Je ne peux pas répondre à leur place. Mais si les prix augmentent, auront-ils encore recours à l'intérim ? On impose de plus en plus de choses aux entreprises. Cette taxation du contrat court, c'est encore un impôt déguisé. Si le gouvernement souhaite que davantage de CDI soient signés, alors il faut assouplir la législation.

Doit-on s'inspirer de nos voisins européens ?

Il suffit de regarder leur Code du travail... Il ne comptabilise pas 4 000 pages comme le Code du travail français. Il ne faut pas confondre les mots et les idées, il faut être juste et pragmatique.

Quid du CDI intérimaire ? Est-il un succès ?

Nous avons échappé préalablement à la taxation en échange du CDI intérimaire. L'objectif est d'en conclure2 0 000 d'ici 2017. Depuis sa création, en 2014, 6 000 ont déjà été signés et dernièrement, il s'en signe 700 par mois. L'intérim, bien utilisé, permet d'aller vers le CDI.

Quelle serait - selon vous - la solution pour sauver l'assurance-chômage ?

Demain, le monde de travail ce ne sera plus le CDD ou le CDI. On ne doit pas agir avec les chefs d'entreprise comme avec les enfants, en pensant qu'en les punissant, ils vont devenir meilleurs. L'hyperprotection du salarié bloque les embauches. Nous avons tout en France pour réussir. Mais c'est comme pour concocter un gâteau. Il ne suffit pas d'avoir les ingrédients et la recette pour faire en sorte qu'il soit bon. Tout dépend du dosage. Et en France, les politiques sont peu inspirés par les recettes. Et surtout ils ne choisissent pas le bon dosage.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :