"Emploi : le politique aura ta peau ! "

 |   |  648  mots
(Crédits : DR)
Innover en matière d'emploi semble difficile, voire impossible. Et pourtant…

Edgar Faure disait : « Voici que s'avance l'immobilisme et nous ne savons pas comment l'arrêter ! »

Soixante ans plus tard, l'ancien Président du Conseil passerait presque pour un visionnaire tant la classe politique met d'énergie à lui rendre honneur dans le traitement du chômage, ou plus exactement dans son entêtement à tenir les français éloignés du travail.

Le constat

Sans appel : le chômage est chronique dans notre pays où il représente plus du double de celui des autres grandes économies modernes (Etats-Unis, Japon, Allemagne, Royaume-Uni en tête).

La désindustrialisation a commencé au début des années 90, comme l'aventure du Web, la révolution numérique et...la carrière de nos élus actuels. Ce changement n'est pas pour maintenant !

En 25 ans, les plans et les lois se sont succédés, les déclarations se sont faites plus vibrantes mais le conservatisme impose sa loi : sanctuariser le poste de celui ou celle qui en a déjà un aux dépens de ceux ou celles qui en cherchent. Quand les règles de l'économie s'inspirent de celles du politique !

Dernier épisode en date, la désormais célèbre loi El Khomri.

"Que d'eau ! Que d'eau !" disait Patrice de Mac Mahon devant les crues de la Garonne en 1875, le Préfet répondant : "Et encore Monsieur le Président, vous n'en voyez que le dessus !"

Quoi qu'on pense de la loi El Khomri dans sa forme et sur le fond, des modalités de son vote, de la croissance perdue à grand renfort de grèves et de manifestations, avoir pour partie vidé cette loi de sa substance et annoncer son abrogation (par l'actuelle opposition en cas de victoire en 2017) alors que les décrets d'application n'ont pas encore été signés est un nouveau rendez-vous raté avec l'emploi...

Les solutions

Connues de tous : fluidifier les parcours professionnels, alléger les charges qui pèsent sur les salaires, simplifier le code du travail mais aussi, réduire les coûts liés à l'embauche, prémunir les employeurs contre leur risque prud'homal (troisième frein majeur régulièrement dénoncé par le Medef) !

Face à l'impuissance réformatrice des pouvoirs publics, les deux entrepreneurs que nous sommes (Eric Lollichon de la plate-forme www.need4staff.com et Laurent Dys de Corporate Assistance) avons choisi d'apporter, en partenariat avec l'un des leaders mondiaux de l'assurance, une réponse inédite dont la France est pilote dans la mise en œuvre :

Permettre aux entreprises de recruter de manière rapide, professionnelle et sécurisée en économisant 80% de leur facture tout en se couvrant contre le risque prud'homal !

Notre principe se veut simple et efficace :

- Créer une chaîne de valeur qui démocratise l'accès aux spécialistes du recrutement,

- Segmenter l'offre et n'offrir que le support dont les clients ont réellement besoin,

- Faire intervenir des consultants dotés des outils les plus performants du marché,

- Garantir des interventions ciblées et rapides,

- Sécuriser les parcours, la relation avec les collaborateurs.

Bâtir cette offre s'est imposé à nous comme une évidence, allier sa très forte valeur ajoutée à un coût marginal permet aux entreprises de l'intégrer de façon préliminaire et systématique à tout processus d'embauche.

Un renouvellement profond des modes de recrutement et d'organisation de la relation salarié - employeur est en marche, notre contribution est la preuve que la société civile peut beaucoup pour elle-même.

Les entreprises répondront-elles présent maintenant qu'elles ont été entendues ?

Saisiront-elles cette chance de faciliter l'embauche pour contribuer à leur croissance ?

Ou laisseront-elles au politique et à Nicolas Machiavel le mot de la fin : "Sous prétexte de nous plaindre, on nous fait parler quelquefois, afin de mieux se moquer de nous !"

______

Eric Lollichon est le PDG fondateur de Need4staff.com

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :