Comment Galderma renforce sa politique d'innovation

 |   |  402  mots
Le site R&D de Galderma à Sophia-Antipolis, vaisseau-amiral du groupe.
Le site R&D de Galderma à Sophia-Antipolis, vaisseau-amiral du groupe. (Crédits : DR)
En obtenant une certification ISO visant les systèmes de management de la continuité d'activité, le site de R&D implanté à Sophia-Antipolis veut montrer que l'innovation ne se fait pas que dans les laboratoires mais aussi dans le business.

"C'est une démarche volontaire", explique Frédéric Fourquin, comme pour résumer la volonté du groupe de placer son centre de R&D azuréen parmi les premiers au monde à obtenir la certification ISO 22 301, certification qui concerne les systèmes de management de la continuité d'activité. Démarche volontaire certes, mais qui en terme d'image et de business, n'est pas anodine.

Galderma à Sophia-Antipolis, c'est un vaisseau-amiral posé sur 81 000 m2 - auxquels s'ajoutent 19 000 m2 d'une parcelle acquise en 2014 - et 550 collaborateurs dont 44 médecins et pharmaciens et 275 scientifiques.

Des cinq centres de R&D du groupe, il est celui qui est véritablement axé sur la recherche et le développement, les autres sites étant davantage axés sur le développement. Galderma à Sophia-Antipolis c'est aussi 60 brevets déposés par an ce qui en fait le déposant n°1 du département des Alpes-Maritimes dans cette catégorie et le n°2 pour la région PACA. "Nous réunissons des profils avec une expertise scientifique élevée", souligne Pierre Diebolt qui a été nommé gérant du site le 1er décembre dernier. Lequel site a réalisé un chiffre d'affaires de 110,9 M€ en 2015.

Innovation prépondérante

"Nous devons soutenir la croissance, notre travail c'est de sortir de l'innovation" dit Frédéric Fourquin, le responsable administratif de Galderma à Sophia-Antipolis, rappelant par exemple, que c'est ici que la molécule Adapalène, active sur l'acné, a été mise au point.

La certification ISO 22 301 ? "L'idée était de sécuriser les process". Autrement dit de renforcer la sécurisation des procédés. "Cela nous permet de prévoir, d'éviter les ruptures au niveau de l'activité en cas de problèmes soudains", souligne Frédéric Fourquin, "bien que nous ayons déjà des procédures transverses". C'est aussi un bon message envoyé aux fournisseurs et aux partenaires, "cela donne un gage de sérieux et va dans le sens de l'innovation avec impact sur le business". On n'est pas vaisseau-amiral pour rien.

Galderma, né du joint-venture entre l'Oréal et Nestlé, appartient désormais à 100 % à ce dernier depuis 2014. Il est spécialisé dans les solutions répondant aux besoins en santé de la peau tout au long de la vie.

Ses clients sont les professionnels de la santé dont les dermatologues, les médecins et les chirurgiens esthétiques et pour ses produits d'accompagnements, le grand public.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :