Quel futur rôle pour l'IMREDD ?

 |   |  443  mots
Le futur bâtiment de l'IMREDD a été dévoilé ce lundi. Il s'installera dans l'Eco-Vallée en 2018
Le futur bâtiment de l'IMREDD a été dévoilé ce lundi. Il s'installera dans l'Eco-Vallée en 2018 (Crédits : DR)
Le bâtiment qui l'hébergera en 2018 a été dévoilé ce lundi 21. La vocation de l'institut méditerranéen du risque, de l'environnement et du développement durable c'est d'aider au développement de la smart city. Oui mais comment ?

Pour l'heure il occupe encore un espace au sein de Nice Premium, l'immeuble qui abrite également le CEEI de Nice. Mais dans deux ans, l'IMREDD, l'institut méditerranéen du risque, de l'environnement et du développement durable prendra pleinement possession d'un nouveau bâtiment éco-conçu, de 5 000 m2, pas moins, qui s'installera à quelques mètres à peine du lieu qui l'héberge aujourd'hui et pour un investissement de 18 M€.

Symbole attendu

Très attendu, il est surtout le symbole de la politique éco-industrielle que développe la Métropole Nice Côte d'Azur. Car c'est dans cette Eco-Vallée, présentée comme la vallée verte innovante, choisie par les industriels, dont IBM, Cisco, Orange que vont pousser les idées innovantes de demain.

L'innovation, ça c'est davantage la partie de l'Université Nice Côte d'Azur. C'est d'ailleurs ensemble que le projet du nouveau bâtiment est porté. La philosophie : mêler chercheurs, étudiants et entreprises. D'ailleurs à terme ce sont 100 chercheurs, 50 doctorants et 500 étudiants qui s'y installeront.

Stade supérieur

Mais l'IMREDD dans la réalité est déjà actif. Depuis l'an dernier très exactement. Revendiquant être la première plateforme collaborative de France, elle s'appuie sur ce qui est très rare : la mise au pot commun de données par les industriels. Ça c'est le rôle du Smart City Innovation Center. Le truc qui donne de la valeur - enfin - au big data. Dans deux ans, il disposera d'une encore plus grande puissance de feu. Le socle technologique dont il sera doté va permettre de donner vie à des concepts et technologies qui forcément serviront les PME, PMI, les start-ups et les entreprises. Le fameux écosystème vertueux. Ce sera, il faut bien le comprendre, un degré supplémentaire par rapport à ce qui est expérimenté actuellement. Quatre domaines stratégiques ont même été définis : bâtiment intelligent, cycle de l'eau, risque et environnement, mobilité intelligente. L'effet se ferait presque déjà ressentir puisque des conventions et autres contrats tous neufs sont en discussion avec des start-ups - Vulog, Kinaxia, Parkego - et des industriels - Veolia, GRDF, Vinci, Alstrom...

Cap sur le futur

Surtout l'IMREDD préfigure du futur Eco-Campus porté fièrement par l'Université et sa présidente Frédérique Vidal. C'est là que doivent s'installer les activités d'enseignement et de recherche de l'Université et le campus de l'apprentissage qui est drivé par la Chambre de Commerce et d'Industrie Nice Côte d'Azur. Soit 50 000 m2 et 5 000 étudiants en tout. De quoi démontrer que l'on peut avoir le fond et la forme. Le soleil, les palmiers et la matière grise.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :