Synthes'3D crée un salon virtuel de l'orthopédie

 |   |  411  mots
(Crédits : DR)
Le spécialiste de l'image de synthèse 3D, installé à Aix-en-Provence, profite de son expertise dans le domaine médical pour réinitier en juin prochain ce rendez-vous BtoB qu'il avait créé en 2013 et baptisé Ortho Virtual Convention.

C'est en se basant sur son expertise de l'image de synthèse en 3D que la start-up basée à Aix-en-Provence a déroulé son offre, adressant dès sa création en 2007, 4 secteurs particuliers : l'industrie, le BTP, l'architecture et le médical. C'est sur ce dernier secteur que l'entreprise dirigée par Vincent Poujade appuie son initiative : celle d'organiser un congrès virtuel destiné au secteur précis de l'orthopédie. Un segment sur lequel Synthes'3D justifie d'une expertise forte. Et un segment qui lui a donné l'idée déjà en 2013 d'organiser le premier salon virtuel de l'orthopédie. Une initiative qu'elle reconduit dès juin prochain.

Dépoussiérer

"Nous voulions dépoussiérer les salons professionnels en créant le concept d'un congrès permanent comprenant des stands en 3D et un système de bases de données. La permanence de cet événement professionnel s'explique par la richesse des contenus, comprenant notamment des e-posters et des vidéos entre autres de cours et de chirurgie en ligne", explique Vivien Poujade.

Une façon de contourner le côté éphémère habituel des salons professionnels et de permettre à ses visiteurs d'avoir accès sans limitation de temps à son contenu.

Produit sur l'étagère

Si Synthes'3D redonne vie à l'Ortho Virtual Convention, c'est que l'entreprise entame une nouvelle phase de son développement, davantage axée sur les services. Une phase qui intervient après une période de forte croissance réalisée ces 4 dernières années, croissance qui ne peut qu'être positive si elle est maîtrisée. Le chiffre d'affaires 2015 croît d'ailleurs de 11 % à 1,25 M€ pour 29 salariés.

"Nous avions une forte volonté de faire grimper le chiffre d'affaires, sans forcément regarder la rentabilité. Il est temps de stabiliser notre développement", analyse Vivien Poujade.

L'an dernier, la PME qui revendique un portefeuille de 400 clients, a ouvert des bureaux à Lyon, après avoir réalisé deux opérations de croissance externe à Angers et Brest. Cette phase de stabilisation va notamment permettre "de récolter les fruits de notre R&D, avant de pousser encore davantage cette recherche et développement", explique le dirigeant qui a des idées bien précises dans les cartons, notamment sur la formation. Idées discrètement conservées, pour le moment... L'international - où Synthes'3D réalise 25 % de son activité - est également un vecteur d'expansion qui n'est pas négligé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :