Comment Kamp'n innove dans la gestion des campagnes Facebook Ads et Google Ads

 |   |  289  mots
Kamp'n prépare une levée de fonds qui doit lui permettre de passer à l'international.
Kamp'n prépare une levée de fonds qui doit lui permettre de passer à l'international. (Crédits : DR)
La start-up implantée à Marseille et spécialisée dans la gestion des campagnes de publicité est en phase de levée de fonds. De quoi faire grossir son effectif et passer en mode international.

Elle est toute jeune, a tout juste un an et elle est en quelque sorte le résultat de la recherche et développement menée par la première entreprise fondée par Charles Martin-Laval, Adsonwall. Cette agence parisienne, spécialiste de la publicité en ligne, avait en effet développé en interne un logiciel destiné à la gestion de campagne publicitaire. C'est ce logiciel qui aujourd'hui est le fondement de Kamp'n.

Faciliter la gestion

"Rien n'existait sur le marché de semblable. Nous avons décidé de faire de ce logiciel une vraie solution commerciale à destination des annonceurs", explique Charles Martin-Laval, revenu à Marseille, sa ville natale, pour l'occasion.

Une solution qui permet d'automatiser la gestion des campagnes sur des plateformes telles Facebook ou Google, notamment sur des tâches "où le traffic manager n'apporte pas de valeur ajoutée", souligne le spécialiste marseillais. Ce qui permet meilleure efficacité et meilleure rentabilité. Surtout parce que cela permet de contextualiser une campagne et d'être réactif par rapport aux événements extérieurs capables d'avoir une influence sur cette campagne.

Passage à l'international

Parce que son concept a tout à fait volonté à être déployé à l'international, Charles Martin-Laval entame un tour de table qui devrait lui permettre de lever entre 500.000 et 700.000 euros, et qui sera finalisé d'ici le mois de juin. Provence Business Angels devrait faire partie des financeurs.

Cette levée de fonds va également permettre à Kamp'n de renforcer fortement son équipe. Le recrutement de 10 nouveaux employés - plutôt développeurs ou ingénieurs - est prévu cette année, suivi de l'embauche de 10 nouveaux salariés l'an prochain. Si l'entreprise a réalisé un chiffre d'affaires de 100.000 euros pour son premier exercice, elle vise 6 M€ d'ici 2018.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :