Milanamos veut évoluer vers le multimodal

 |   |  342  mots
(Crédits : D.R)
La start-up installée à Sophia-Antipolis qui a développé une plateforme d'analyse prédictive pour les aéroports et les compagnies aériennes entend faire évoluer son produit vers la planification collaborative. Et prépare une levée de fonds.

Alors que le big data et son exploitation sont LA préoccupation - une fois collectées, comment valoriser les données ? - la datascience offre, elle, des applications prometteuses. Ou comment à coup de maths donner à cet angle prédictif un potentiel réel et exploitable.

Chiffres intelligents

Ce potentiel, Christophe Imbert en a été très vite convaincu. Venu du secteur aérien, il fonde avec Christophe Ritter, Milanamos en janvier 2014, une start-up qui "débute avec une idée simple : fournir aux aéroports et aux compagnies aériennes, une plateforme d'analyse prédictive permettant de dénicher de nouvelles opportunités". De l'idée naît le produit, baptisé PlanetOptim.

Ainsi une compagnie aérienne qui voudrait créer une nouvelle route pourrait ainsi "tester" la possibilité et les parts de marchés qu'elle peut en attendre.

"Nous utilisons le machine learning. Cela permet de partir de rien et d'aller vers des choses que l'on ne connaît pas", précise Christophe Imbert.

Un outil éminemment stratégique, qui équipe aujourd'hui vingt-cinq clients dans le monde, d'ADP à Rwand'Air en passant évidemment par la plateforme aéroportuaire de Nice, via son autorité consultante, Nama.

Plateforme multimodale

Mais Milanamos ne compte pas en rester là. Et aujourd'hui c'est au multimodal qu'elle s'intéresse, avec la volonté de faire évoluer son produit vers une plateforme collaborative qui puisse également intégrer d'autre type de transport. La R&D est menée avec le laboratoire I3S, unité mixte de recherche CNRS/Université Nice Sophia-Antipolis, laboratoire d'informatique, signaux et systèmes et un programme va démarrer avec l'Ecole des Ponts Paris Tech. "Nous voulons être la plateforme de la planification collaborative", prévient Christophe Imbert. Et pour donner de l'oxygène financier à son projet, Milanamos prépare une levée de fonds. Un tour de table qui devrait être conclu en fin d'année pour un montant de 2 M€. De quoi impulser une nouvelle dynamique pour la start-up qui emploie 8 salariés et a réalisé en 2015, 320 000 euros de chiffre d'affaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :