Qui est la start-up qui développe la civic-tech à Nice

 |   |  370  mots
(Crédits : DR)
Elle est basée à Berlin mais s'intéresse à la France et surtout à la Métropole Nice Côte d'Azur avec laquelle elle lance l'expérimentation de sa plateforme de discussion avec les citoyens. Une première hexagonale menée par Civocracy pour celle qui a été classée comme quatrième smart city mondiale.

Les réseaux sociaux, tout le monde connaît, utilise, parfois comme déversoir de ce qui ne va pas. S'appuyer sur ce que les réseaux permettent, pour au contraire, créer un débat constructif et inclure les citoyens dans la discussion, c'est le point de départ de Civocracy. Installée à Berlin, co-créée en mai 2015 par Chloé Pahud et Benjamin Snow, elle a développé une plateforme qui permet l'échange entre les différentes parties prenantes du débat public : la commune (ou la métropole), le citoyen, les associations... L'algorithme issu de la R&D interne permet à la discussion de s'auto-modérer et fait remonter les meilleurs arguments.

Remontée d'informations

Démarrée ce 10 novembre l'expérimentation avec la métropole Nice Côte d'Azur devrait durer un an. Trois discussions sont déjà actives, pour une durée de 45 jours, autour de sujets comme quels services innovants pourraient être proposés au quotidien, quels services en télé-présence seraient utiles dans le moyen et le haut pays et quels services innovants rendraient le trajet en tramway plus agréable.

L'objectif de Civitocracy est de permettre un débat constructif mais aussi de donner l'opportunité aux citoyens de faire remonter les problématiques qui lui paraissent essentielles. En une journée, 140 personnes se sont inscrites sur la plateforme.

Lyon bientôt

Si on sait la métropole niçoise très impliquée en matière de smart city, c'est pour autant Civocracy qui a initié l'approche, intéressée par "les compétences spécifiques" de Nice Côte d'Azur dit Heloïse Le Masne, chargée du marché allemand et français. Car Civocracy a déjà mené des expériences en Hollande dans la région Noord Holland et la ville de Losser ainsi qu'en Allemagne, à Potsdam. Si elle se dit en discussion avec de nombreuses métropoles et villes en France, c'est avec Lyon qu'une expérimentation débute dans deux semaines. La start-up berlinoise emploie 8 personnes dont 4 français et ne génère pas encore de chiffre d'affaires. Nul doute que les métropoles soucieuses d'être "smart" devraient emboîter le pas à Nice.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :