Comment Keeex s’impose dans l’univers de la blockchain

 |   |  488  mots
(Crédits : DR)
La start-up installée à Marseille, qui édite des solutions blockchain, a breveté un procédé unique lui permettant de certifier tout type de document en y adjoignant une preuve d’intégrité.

Retour prometteur du CES Las Vegas pour Keeex. La start-up marseillaise, qui édite des solutions blockchain visant à sécuriser, chaîner, partager, signer et horodater tout type de document sans altération, a fait le plein de "contacts qualifiés" annonce Laurent Hénocque, fondateur de la structure. "Soit près d'une centaine en totalité. Nous commencons à avoir une vraie visibilité, un début de notoriété". Il faut dire que Keeex se distingue en ce qu'elle a développé une technologie brevetée permettant d'intégrer dans les fichiers une preuve d'intégrité inaltérable, des signatures numériques, des références à d'autres documents ainsi que la preuve d'existence sur la blockchain Bitcoin. "De nombreux acteurs ont perçu l'utilité d'exploiter la blockchain pour faire de la notarisation. Nous avons toutefois une position unique parce que nous travaillons au niveau du document. Lequel auto-porte sa preuve d'intégrité... Il n'est donc pas nécessaire de recourir à un coffre-fort". A contre courant du tout cloud, le brevet déposé permet à l'équipe de Keeex, forte de 8 collaborateurs, d'élaborer des solutions qui ajoutent du probant dans les process métiers sans y adjoindre des coûts d'infrastructures. "C'est un point d'intérêt fondamental. Nul besoin avec nous d'archivage de données. Le client s'évite donc le coût du coffre-fort et la problématique de la lecture de formats : pourra-t-on ouvrir tous les documents d'ici 40 ans ? Rien n'est moins sûr..." Un écueil qu'évite Keeex en exploitant le langage HTML5, quant à lui pérenne.

S'ouvrir à l'Europe

Ainsi à Las Vegas, de nombreux grands comptes sont venus approcher Keeex. "Parfois à 5 ou 6 interlocuteurs. Des Français, en majorité..." Seule entreprise hexagonale orientée blockchain sur les lieux, la jeune pousse marseillaise était venue notamment présenter la nouvelle-née de ses applications, un huissier de poche permettant d'apporter une preuve par l'image du nom de Photo Proof... sans oublier ses deux autres, KeeeX ChatOps (un outil de collaboration sécurisé) et KeeeX Core, la technologie Keeex intégrable dans le back office du client et solution recueillant pour l'heure le plus de suffrages.

Keeex revient donc de la grande messe de l'électronique grand public avec des résultats "bien au-delà de ses espérances". Ne reste à présent qu'à transformer l'essai. Ainsi, l'année 2017 sera celle "du développement économique en France et de la reconnaissance visuelle en Europe". La Phocéenne se fixe l'objectif d'initier des partenariats avec trois pays limitrophes : l'Italie, l'Allemagne, l'Espagne... mais aussi avec le Maghreb, et cela via des distributeurs, partenaires revendeurs et intégrateurs. Chiffre d'affaires visé pour cette année selon le business plan : 1M€.

Du reste, les premiers clients affluent. Ils sont issus du monde des transports et de la logistique, de l'énergie, de l'industrie, des assurances... "Certains projets démarrent, comme avec la SNCF". Keex compte également dans ses clients Orange, Oracle et la Satt Sud-Est.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :